1. Santé
    2. Hôpital

Un nouveau plan d'action pour la pédiatrie et l'hôpital

Publié 03/11/2022

Face aux difficultés rencontrées par la pédiatrie et les autres services hospitaliers, le ministre de la Santé et de la Prévention François Braun a annoncé ce mercredi 2 novembre un nouvel effort massif pour soutenir les professionnels de santé.

Partager la page

Les services de pédiatrie sont en effet confrontés à une vague épidémique précoce qui repose sur des services de pédiatrie fragilisés.
Source : Getty
Face à l'urgence à laquelle font face les services de pédiatrie, le ministre de la Santé et de la Prévention a réuni les professionnels de la filière le 2 novembre 2022, pour leur réaffirmer le soutien de l'État.

Un effort massif pour soutenir les professionnels de santé

Les services de pédiatrie sont en effet confrontés à une vague épidémique précoce qui repose sur des services de pédiatrie fragilisés. La région Île-de-France est particulièrement touchée.
Face à cette situation très préoccupante, à la demande du président de la République et de la Première ministre, le ministre de la Santé et de la Prévention François Braun a pris des mesures d'urgence.
Il a ainsi annoncé ce mercredi 2 novembre un nouvel effort massif pour venir en appui des services en tension de l'hôpital, dont les urgences pédiatriques.

Prolongement de la mission « flash »

Au-delà du prolongement des mesures d'été de la « mission flash », ce nouvel effort se traduit de manière très concrète pour les professionnels par :
  • la poursuite de la majoration de la rémunération des heures de nuit, jusqu'au 31 mars 2023.
    Concrètement, la rémunération des heures de nuit continuera d'être doublée pour les personnels non médicaux, et les gardes et astreintes augmentées de 50% pour le personnel médical ;
  • l'élargissement de la prime de soins critiques qui était jusqu'ici attribuée uniquement aux infirmiers en soins généraux et aux cadres de santé.
    Dorénavant, l'ensemble des soignants affectés dans les services de soins critiques, adultes et pédiatriques, toucheront cette prime : cela inclut les aides-soignantes, les auxiliaires de puéricultures ou les infirmières puéricultrices par exemple.

En complément, pour répondre aux besoins spécifiques des établissements qui rencontrent des tensions particulières, en particulier au niveau des urgences, le ministre de la Santé et de la Prévention a demandé aux ARS de mobiliser le Fonds d'intervention régional pour accompagner des actions améliorant la réponse aux besoins de santé de la population durant la période hivernale.

Le choix de la rédaction