Un équipement du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA)
Source : CEA

Le CEA au cœur du réacteur

Publié 29/09/2022

Acteur majeur de la recherche et de l’innovation sur le nucléaire, le CEA est au centre de la nouvelle stratégie énergétique française promue par France 2030.

Partager la page

Plus que jamais, l'énergie bas carbone issue du nucléaire s’avère pertinente et compétitive pour répondre aux besoins croissants en électricité.
Pour réduire la consommation d'énergies fossiles (équivalentes à 60 % du mix énergétique total), la France doit produire davantage d'électricité décarbonée en s'appuyant notamment sur les énergies renouvelables et le nucléaire. À ce jour, l'électricité représente 25,1 % du mix énergétique total. 
« Nous devrons être en mesure de produire jusqu'à 60 % d'électricité en plus qu'aujourd'hui », c'est le cap fixé le président de la République, le 10 février dernier à Belfort, à l'occasion de la présentation de la nouvelle stratégie énergétique française du plan France 2030.

Un acteur clé de l'énergie décarbonée

En menant notamment des recherches sur les moyens de production d’énergies bas carbone, le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) est au service des grands enjeux de la transition énergétique.

Fort de son histoire, c'est aujourd'hui l'un des acteurs majeurs pour répondre aux défis du dérèglement climatique et de l'indépendance énergétique, notamment avec le levier du nucléaire qui représente 67, 1 % du mix électrique français.

Le CEA fut créé en 1945 pour promouvoir les recherches scientifiques et techniques en vue de l’utilisation de l’énergie atomique dans divers domaines de la science, de l’industrie et de la défense nationale.

« Grâce à l’énergie nucléaire, la France est le pays qui produit le moins de CO2 parmi les pays G7.»

Laurence Piketty

Administratrice adjointe du CEA et ambassadrice France 2030 sur la production d'énergies décarbonées
">
Comment l’énergie nucléaire peut-elle nous aider à trouver des solutions qui ne sont pas génératrices de CO2 ? Laurence Piketty, administratrice générale adjointe du CEA-EA et ambassadrice France 2030 sur les "productions décarbonées", nous livre ses convictions en la matière.

De nouveaux réacteurs

Le CEA soutient les industriels pour la recherche sur les réacteurs actuels et les réacteurs à eau pressurisées (EPR) dont six seront construits à horizon 2050. Des études seront également conduites pour huit EPR supplémentaires.

Avec France 2030, 1 milliard d’euros a été consenti à l’énergie nucléaire pour faire émerger de nouveaux types de réacteurs, comme les Small Modular Reactors (SMR), qui pourront être couplés à d’autres technologies pour offrir plus de fonctionnalités (production de chaleur, d’hydrogène).

Le choix de la rédaction