La petite histoire de « La Marseillaise »

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 12/07/2023 |Modifié 20/07/2023

Ce symbole de la République française a inspiré les révolutionnaires du monde entier jusqu’aux plus grands artistes contemporains. Retour sur ses origines, avec Pierre Serna, historien spécialiste de la Révolution française.

Un livre de musique ouvert.

D’où vient « La Marseillaise » et à qui doit-on ce chant ?

La Marseillaise a été composée par Rouget de Lisle, un capitaine du génie qui se trouve à Strasbourg au mois d’avril 1792. La France vient alors de déclarer la guerre à l’Autriche.
Connaissant les talents de ce jeune compositeur, le maire de Strasbourg, Dietrich, dont la ville se situe sur la ligne de front, lui demande d’écrire un chant martial pour mobiliser les troupes.
Ce qui deviendra l’hymne national de la France a été créé en une nuit, du 25 au 26 avril, sous le nom de Chant de guerre pour l’armée du Rhin.

À partir de quand s’est-elle popularisée ?

Avec son rythme très entraînant et ses paroles faciles à retenir, elle rencontre un premier succès massif à Marseille.
Les bataillons des fédérés la reprennent au mois de juillet 1792 et la chantent pendant leur traversée de la France, jusqu’aux Tuileries.
À leur vue, les révolutionnaires parisiens baptiseront ce chant La Marseillaise, et l’entonneront à leur tour.

Que signifient les paroles de « La Marseillaise » ?

La Marseillaise porte un discours politique qui consiste à défendre la patrie et la souveraineté du peuple vis-à-vis de la monarchie, qui tombera d’ailleurs rapidement après, le 10 août 1792.
Surtout, elle affirme la valeur de la liberté contre « les despotes » et « les tyrans », explicitement dénoncés. Elle accompagne ainsi la naissance de la République et en est aujourd’hui l’un des symboles.
Mais attention, contrairement à ce que j’ai pu entendre dire, les paroles de La Marseillaise ne sont ni racistes, ni xénophobes. Les phrases « Qu'un sang impur / Abreuve nos sillons » ne font pas référence à un sang étranger mais à certains nobles, censés avoir du « sang pur », et qui, pourtant, ont trahi la France en participant à la contre-Révolution.
Rappelons que l’Ancien Régime s’est construit sur l’idée d’une différence biologique entre les nobles, qui étaient « bien nés », et les 98% de la population restante. Les révolutionnaires voulaient justement abolir ces privilèges afin que tous naissent libres et égaux en droit.

La Marseillaise redevient officiellement l’hymne de la France en 1879, avec la fondation de la IIIe République.

Pierre Serna

  • Professeur d'histoire de la Révolution française et de l'Empire à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Quand « La Marseillaise » devient-elle l’hymne national ? A-t-elle déjà été interdite ?

La Marseillaise a connu plusieurs déconvenues ! Elle devient l’hymne national en juillet 1795, et ce, jusqu’en 1804.
Elle est ensuite mise à mal par Napoléon Bonaparte (1769-1821) qui souhaite la remplacer par un hymne plus calme, qui ne soit pas associé au renversement du régime : la Marche consulaire ou encore Veillons au salut de l’Empire.
Pour autant, les soldats continuaient de la chanter sur les champs de bataille, jusqu’au dernier combat, à la Bataille de Waterloo.
La Marseillaise redevient officiellement l’hymne de la France en 1879, avec la fondation de la IIIe République.
Puis, le même mécanisme s’est répété sous l’occupation allemande, en France. Il était alors interdit de chanter l’hymne national.
 
À la place, Pétain voulut imposer le chant Maréchal, nous voilà !. La Résistance a repris La Marseillaise à son compte, dès 1940, puis à l’appel du Général de Gaulle, en 1942.

Comment expliquer la longévité de « La Marseillaise » ?

Plus qu’un chant français, il revêt une forme d’universalité, liée à l’idée de vouloir se défendre ensemble contre toutes formes de tyrannie.
Il concerne tous les peuples opprimés, quelles que soient les époques. D’ailleurs, beaucoup de pays du monde, en Europe, en Asie, ou en Amérique, ont repris La Marseillaise, notamment au cours du XIXe siècle.

« La Marseillaise » a inspiré de nombreux morceaux, de l’opéra au jazz. Une source inépuisable ?

J’imagine que les artistes trouvent l’inspiration dans ces paroles de liberté et de résistance face à l’oppression.
D’une manière ironique aussi, comme l’ont fait les Beatles dans All you need is love (1967). Le groupe a repris la mélodie de La Marseillaise en introduction, dans un morceau réclamant l’amour de tous.
Détourné ou non, l’arrangement des notes de La Marseillaise nous émeut, d’après certains spécialistes de la composition musicale. Le Général de Gaulle parlait lui-même de chanter La Marseillaise « les larmes aux yeux » . 

Serge Gainsbourg prenait notre hymne national très au sérieux.

Pierre Serna

  • Professeur d'histoire de la Révolution française et de l'Empire à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Quelle est votre version préférée de « La Marseillaise » ?

Celle de Serge Gainsbourg, Aux armes et cætera (1979) me touche particulièrement car elle est bien plus riche qu’elle n’y paraît. L’artiste a par exemple choisi la musique rasta, reggae, car elle représentait pour lui la plus populaire et la plus émancipatrice de son temps. C’est un appel à la liberté, malgré son style provocateur.
Lui qui a été un enfant juif, qui aurait pu être victime de la Shoah, démontre qu’il comprend la valeur subversive de ce chant. Il a d’ailleurs acheté en 1981 l’un des deux exemplaires manuscrits de La Marseillaise dans une vente aux enchères, preuve qu’il prenait notre hymne national très au sérieux.

Pierre Serna est Professeur d'histoire de la Révolution française et de l'Empire à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre senior de l'Institut universitaire de France et de l'Institut d'histoire de la Révolution Française.

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction