Le niveau de vigilance Vigipirate redescend au risque attentat

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 08/03/2021

Ce changement de la posture Vigipirate est effectif depuis le 5 mars 2021.

Partager la page

Photo : Getty images
Depuis le 5 mars 2021, l'ensemble du terriroire national est placé, non plus au niveau « urgence attentat », mais au niveau « risque attentat » . Ce niveau d'alerte atteste d'un niveau de menace élevé, mais moindre qu'à la fin 2020.
Dans le contexte de la crise sanitaire , cette posture met l'accent sur :
  • la sécurité des espaces de commerce, les activités relancées et les lieux réouverts au public à terme ;
  • la sécurité des lieux de culte, des sites touristiques et des transports publics de personnes, en particulier au moment des vacances scolaires et universitaires ;
  • la sécurité des bâtiments publics (services publics, locaux associatifs ou politiques, écoles et universités), avec une attention particulière sur les établissements de santé, médico-sociaux et sociaux, ainsi que sur la sécurité des sites de production, de stockage et de distribution de produits de santé, y compris les centres de vaccinationles centres de vaccination.
Vignette sur Vigipirate
Illustration : Service d’information du Gouvernement

Vigilance, prévention, protection

Relevant du Premier ministre, le Plan Vigipirate est un outil central du dispositif français contre le terrorisme . Il associe tous les acteurs nationaux – l’État, les collectivités territoriales, les entreprises et les citoyens – à une attitude de vigilance, de prévention et de protection .
La mise en œuvre de ce plan repose sur la combinaison de trois principes :
  • évaluer la menace terroriste en France et à l’encontre des ressortissants et intérêts français à l’étranger ;
  • connaître les vulnérabilités des principales cibles potentielles d’attaque terroriste afin de les réduire ;
  • déterminer un dispositif de sécurité répondant au niveau de risque.