"La France, c’est le pays où investir"

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Manuel Valls.

Publié 10/04/2015

Après Londres, Berlin ou Copenhague, Manuel Valls était à Lisbonne, vendredi 10 avril, pour rappeler que la France est un pays attractif et engagé dans un vaste mouvement de réformes destinées à faire avancer le pays. Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité de réorienter l'Europe vers la croissance et l'emploi.

A l'occasion de ce déplacement, au cours duquel il a rencontré le président de la République portugaise, Anibal Cavaco Silva, ainsi que son homologue, Pedro Passos Coelho, Manuel Valls a loué les réformes engagées et les efforts consentis par le Portugal, un pays "sur la voie du développement économique". Retour de la croissance, baisse du chômage, hausse des exportations, amélioration de la compétitivité des entreprises: tous ces facteurs permettent aujourd'hui au Portugal de bénéficier "de la confiance des investisseurs".

#Attractivité

De nombreuses entreprises portugaises sont déjà présentes en France: près de 200 pour environ 3500 emplois. "C’est un début, car nous pouvons incontestablement faire mieux", a expliqué Manuel Valls. La France, a rappelé le Premier ministre, dispose de très nombreux atouts: "une des démographies les plus dynamiques d’Europe", "des infrastructures de qualité, notamment de transports et un coût de l’énergie très faible" et "un environnement très favorable à l’innovation".Grâce notamment au crédit d’impôt recherche, notre pays bénéficie "du meilleur dispositif mondial d’incitation à la recherche et au développement". Le Premier ministre a donc invité les forces économiques portugaises à venir investir en France: "Venham investir em França!" (Venez investir en France!).

#Réformes

La France est engagée dans "un grand mouvement de réformes" destinées à "lever un certain nombre de freins : le poids des dépenses publiques, trop important, le déficit public, encore trop élevé, les impôts, trop lourds", "les rigidités fortes". Le Gouvernement s’est attaqué à ces problèmes en restaurant la compétitivité des entreprises grâce au Pacte de responsabilité et de solidarité . L’assainissement des comptes publics se poursuit "grâce à un plan d’économies – sans précédent – de 50 milliards d’euros sur trois ans". Le rythme des réformes va s’intensifier, a annoncé le Premier ministre. "Des prochaines étapes sont d’ores et déjà devant nous: la réforme du dialogue social – il sera simplifié et fluidifié – et l’incitation à l’investissement – privé comme public".

#Europe

Le projet européen doit faire face à l’euroscepticisme, la montée des populismes et le repli sur soi. Si il "a amené la paix,qui a fait prospérer la démocratie et l'économie", il "ne s’impose plus comme une évidence". C’est pour cette raison que " l’Europe doit impérativement se ressaisir,parler à nouveau au cœur des peuples, en agissant pour la croissance et donc pour l’emploi ". Le président de la République, depuis 2012, s’est mobilisé pour remettre la croissance et l’emploi au cœur du projet européen . Il a été entendu puisque l’Union européenne a engagé un plan massif d’investissement, le plan Juncker, qui permettra de "financer de grands programmes d’infrastructures". L’Europe doit également jouer un rôle dans la lutte contre le dérèglement climatique, notamment lors de la COP 21 qui se déroulera à Paris en fin d’année 2015 . "C’est un enjeu pour la planète et donc pour l’humanité", a expliqué Manuel Valls.
Le Premier ministre a conclu son discours en rappelant les liens forts qui unissent la France et le Portugal. "Aujourd’hui, nous avons un défi à relever : celui de préserver le trésor européen et de permettre à ce beau projet, unique dans l’histoire de l’humanité, de se poursuivre. C’est notre responsabilité commune. Celle de la France et celle du Portugal. Main dans la main".

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction