Portrait de Marlène Schiappa
8 juillet 2019

Violences conjugales : le Gouvernement s’engage

Aujourd’hui encore, trop de femmes sont tuées par leurs conjoints ou ex-conjoints. Déclarée grande cause du quinquennat, l’égalité femmes hommes est une priorité du Gouvernement qui s’engage et lutte contre le fléau des violences sexistes et sexuelles.
 

121 femmes mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en 2018

L’étude nationale relative aux morts violentes au sein du couple, produite par la Délégation aux victimes des directions générales de la police nationale et de la gendarmerie nationale, a établi qu’en 2018, 149 personnes sont décédées sous les coups de leur partenaire ou de leur ex-partenaire de vie (contre 151 en 2017 et 157 en 2016).

Parmi ces victimes, on dénombre 121 femmes et 28 hommes. Ainsi, un décès criminel survient au sein du couple tous les deux jours et demi et une femme décède sous les coups de son partenaire ou ex-partenaire de vie tous les trois jours.

Les résultats de cette étude démontrent que les efforts des pouvoirs publics pour combattre ces violences intrafamiliales inacceptables doivent se maintenir et s’accentuer.


De nombreuses mesures déjà mises en place

Depuis deux ans, le gouvernement œuvre afin d’aider les victimes à s’informer, se signaler et les témoins à réagir avec :

  • La loi dite Schiappa, promulguée en août 2018 et qui renforce  la lutte contre les violences sexistes et sexuelles pour améliorer la répression de ces violences. En savoir plus
 
  • La demande par une circulaire en mai 2919 d’un plus grand recours à l’ordonnance de protection, sous l’égide du juge aux affaires familiales.
 
  • L’engagement de contrats locaux contre les violences. Dans chaque département ils seront déployés autour des préfets afin de mettre en place un partage d'alertes entre professionnels de la justice, de la police, de la santé, des élus, des associations et des travailleurs sociaux (déjà deux signés en Corse).
 
  • L’expérimentation du bracelet électronique pour maintenir les hommes violents éloignés.
 
  • L’inauguration par la secrétaire d’Etat chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations à Tours d’un centre d’accueil (dans les locaux de SOS Médecins) et de prise en charge des femmes victimes de violences, ouvert et disponible 24h/24 et 7 jours/7. S’il existe des dispositifs similaires en région (ex : Chartres), Tours est un site unique qui rassemble tous les services disponibles pour les victimes.

Des outils concrets à disposition des victimes et témoins

  • La création d’une plateforme de signalement en ligne, disponible 24h/24 et 7 jours/7, pour faciliter le signalement des violences sexistes et sexuelles et accompagner le dépôt de plainte. En savoir plus
 
  • Une aide de 120 000€ supplémentaires pour le numéro d'écoute national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés : le 3919, avec un objectif de 100% d’appels répondus.  
 
  • Le lancement d’un compte twitter de sensibilisation : @arretonsles, ressource d’informations à destination des femmes victimes de violences et afin de faire connaître les dispositifs d’aides disponibles.

Pour la première fois, le gouvernement organise un Grenelle des violences conjugales le 03.09.2019

Annoncé par Marlène Schiappa ; un Grenelle des violences conjugales sera organisé à Matignon le 3 septembre 2019. Le choix de cette date, faisant écho au numéro d’écoute 3919, a été choisi à dessein afin de mettre en avant cette solution d’appel encore trop peu connue des victimes et de leur entourage. Ce Grenelle réunira les ministres concernés, les acteurs de terrain, les services publics, les associations  et familles de victimes, afin de co-construire des mesures efficaces.