Les mesures en faveur des logements à Mayotte

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 08/12/2023 |Modifié 08/12/2023

En visite officielle à Mayotte ce 8 décembre 2023, la Première ministre Élisabeth Borne s'est exprimée depuis Koungou sur le problème de logements insalubres auxquels les habitants sont confrontés.

La Première ministre Élisabeth Borne à la rencontre d'habitants de Mayotte.

Il y a des dizaines de milliers de personnes à Mayotte, qui vivent dans des bidonvilles, comme celui que l'on voit ici à Koungou. Évidemment, ce n'est pas acceptable et ça n'est pas digne de notre pays.

Élisabeth Borne

  • Première ministre
Prise de parole d'Élisabeth Borne sur la situation du logement insalubre à Mayotte.

La Première ministre s'est exprimée depuis Koungou.

Élisabeth Borne

Si vous le permettez, il y a des dizaines de milliers de personnes à Mayotte, qui vivent dans des bidonvilles, comme celui que l'on voit ici à Koungou. Évidemment, ce n'est pas acceptable et ça n'est pas digne de notre pays.

Une partie de l'explication est notamment l'immigration illégale qui arrive à Mayotte, donc on est d'abord déterminés à renforcer notre lutte contre cette immigration illégale. Vous savez qu'il y a 22 000 personnes qui ont été éloignées depuis le début de l'année. On a donc ce premier enjeu, mais au-delà, il faut aussi pouvoir proposer des logements dignes aux personnes, aux Mahorais français, aux personnes qui sont en situation régulière. Et donc vous avez vu tout ce que l'on déploie, la main dans la main avec les collectivités, et clairement, pour apporter des réponses sur ces sujets, il faut travailler la main dans la main entre l'État et les collectivités.

On l'a évoqué en marge de notre cheminement : on a décidé de créer une opération d'intérêt national en 2024 sur les communes de Mamoudzou, Koungou où nous sommes, et de Dembeni. L'idée, c'est de mutualiser des moyens - ces trois communes représentent 60 % de l'habitat insalubre à Mayotte - donc c'est vraiment d'arriver à mutualiser des moyens et de se doter de moyens et de procédures d'exception pour pouvoir à la fois réaménager des sites et construire des logements dignes pour les personnes qui doivent être relogées.

Vous l'avez vu, on lance aussi des appels à projets, des appels à manifestation d'intérêt, pour trouver des bonnes réponses sur des logements qui soient effectivement des logements dignes mais qui soient à des coûts abordables pour les Mahorais.

Et il y a une forte attente à laquelle on va répondre aussi : développer de l'accession sociale à la propriété. On va donc mobiliser tous les outils comme le bail réel solidaire, et le message est vraiment qu'avec le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, avec le ministre délégué Philippe Vigier, et avec le ministre chargé du logement, évidemment, Patrice Vergriete, on est déterminés à accompagner les communes, soutenir les communes pour permettre la résorption de ces bidonvilles, et proposer des logements dignes et à des coûts abordables.


Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction