1. Santé
    2. Recherche

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche : réinvestir massivement dans la recherche

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Édouard Philippe.

Publié 19/02/2020

3% du PIB : c’est le montant alloué à la recherche qui sera inscrit dans la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, pour revaloriser les carrières et réorganiser les métiers.

Partager la page

Photo: Tom Werner/Getty Images
Le Gouvernement a décidé que "l’année 2020 marquera le début d’un cycle historique de réinvestissement dans tous les champs de la science" , a annoncé Frédérique Vidal .
Ambition : redonner aux universités et aux organismes les marges de manœuvre pour œuvrer à la recherche de base, recruter plus et mieux, développer la recherche de partenaires privés, reconnaître l’engagement pédagogique des enseignants-chercheurs, etc.
L’effort pour la recherche sera porté à 3% du PIB (contre 2,2% actuellement). Un réinvestissement massif et progressif dont la trajectoire sera inscrite dans la loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Son entrée en vigueur est prévue en 2021.

Des carrières attractives

92 millions d’euros supplémentaires en 2021 vont servir à revaloriser l'ensemble des personnels de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.
Aucun jeune chercheur recruté en-dessous de 2 smic : c’est le souhait du Gouvernement, qui entend ainsi créer un choc d’attractivité des métiers de la recherche. Cela représentera un gain de 8000 euros par an pour les personnes aujourd’hui recrutées à 1,3 smic. Pour les jeunes maîtres de conférences et les chargés de recherche, le gain sera de 2600 à 2800 euros par an en moyenne.

Le choix de la rédaction