Communication sur la situation internationale : la protection et la sécurité des personnes handicapées au Proche-Orient

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 20/10/2023 |Modifié 21/10/2023

Nous, membres de l’assemblée plénière du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), exprimons notre plein soutien à toutes les personnes touchées par les évènements qui se déroulent depuis le 7 octobre dernier au Proche Orient.

Ils provoquent effroi et désespoir. Indépendamment de leur origine et de leur religion, ce sont les personnes les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées, qui paient le plus lourd tribut.
Par ailleurs, ce conflit a engendré, engendre et engendrera une recrudescence du nombre de personnes handicapées, blessées, durablement traumatisées, entraînant déficiences et détresses psychologiques. Les personnes handicapées étant particulièrement exposées durant ce conflit, tout doit être mis en œuvre pour qu’elles ne soient pas exclues de l’aide humanitaire.
Nous appelons au respect de la Convention relative aux droits des personnes handicapées des Nations Unis, en particulier son article 11 sur les situations de risque et les situations d’urgence humanitaire, ainsi qu’à l’application de la résolution adoptée par les Nations unies le 20 juin 2019 sur la protection des personnes handicapées dans les conflits armés : protection des civils, en particulier les personnes handicapées victimes des effets de la guerre, prise en compte des difficultés de personnes handicapées à fuir les combats, accès privilégié des personnes handicapées à l’aide humanitaire.
Nous voulons compter sur la voix singulière de la France, sa diplomatie, son riche tissu associatif pour chercher les voies et moyens d’une cessation rapide des combats. Nous nous tenons à la disposition des autorités pour participer, à notre mesure, à toute initiative.
Assemblée plénière du CNCPH du 20 octobre 2023

Partager la page