14 juin 2019

L’acte II du quinquennat tourné vers une meilleure justice sociale

En matière de justice sociale, le Gouvernement entend agir avec « des mesures puissantes pour répondre aux aspirations des Français. Et pour apaiser », a expliqué Édouard Philippe dans sa déclaration de politique générale.
 
Le Premier ministre a annoncé des mesures fortes, déclinées autour de 4 objectifs:

Permettre à tous de travailler

Le chômage a atteint son niveau le plus bas depuis dix ans et 93 000 emplois ont été créés au premier trimestre 2019. Même si cette période est positive, la France n’en a pas encore fini avec le chômage de masse. C’est pourquoi le dialogue social dans l’entreprise a été renforcé, la formation professionnelle et l’apprentissage ont été réformés.

En parallèle, l’assurance-chômage doit aussi être réformée avec quatre objectifs :
 
  • Mettre fin au recours abusif aux contrats courts : mise en place d’un bonus/malus sur les cotisations d’assurance chômage pour les cinq à dix secteurs d’activité qui en utilisent le plus et qui génèrent de la précarité
  • Faire en sorte que le travail paye plus que l’inactivité
  • Introduire une dégressivité de l’indemnisation pour les salariés qui perçoivent les salaires les plus élevés et qui sont en mesure de retrouver un emploi plus vite que les autres
  • Renforcer l’accompagnement des demandeurs d’emplois

Le Premier ministre a également réaffirmé l’engagement du président de la République de donner accès à l’assurance chômage aux salariés démissionnaires ainsi qu’aux travailleurs indépendants.

Faire en sorte que le travail paIe

Afin que le travail rémunère justement les Français, une baisse historique des impôts a été effectuée : celle-ci représentera 27 milliards d’euros pour le quinquennat.

La taxe d’habitation sur les résidences principales sera intégralement supprimée pour l’ensemble des Français d’ici 2023 :
  • 80% des Français les plus modestes bénéficient dès ce mois de septembre de la suppression du deuxième tiers de la taxe d’habitation et celle-ci sera intégralement supprimée en 2020
  • Pour les 20% restant, la suppression se déploiera aussi progressivement jusqu’en 2023

L’intégralité de la baisse de l’impôt sur le revenu sera concentrée sur les classes moyennes :
  • Cela représente un gain moyen de 350€ pour 12 millions de foyers dont le taux d’imposition est situé dans la première tranche de l’impôt sur le revenu
  • Pour les 5 millions de foyers de la tranche suivante, le gain moyen est de 180€
Ces baisses d’impôts seront effectives dès le 1er janvier 2020.

Renouer avec la méritocratie et l’égalité des chances

« La justice sociale, c’est de renouer avec la méritocratie républicaine. Avec l’égalité des chances. » Edouard Philippe, 12 juin 2019.

Ainsi, en complément des dédoublements des classes de CP et CE1 dans les zones d’éducation prioritaires, l’école sera obligatoire dès 3 ans et sur tout le territoire, les classes de CP et CE1 seront limitées à 24 élèves.

Renforcer le modèle social

« Renforcer notre modèle social, c’est en combler les failles. C’est l’adapter aux situations individuelles. C’est inventer de nouvelles solidarités. » Edouard Philippe, 12 juin 2019.

Dès juin 2020, les personnes seules seront protégées contre les risques d’impayés des pensions alimentaires qui pourront directement être prélevées par la CAF pour être versées aux bénéficiaires.

Sur la santé et les urgences, Agnès Buzyn a déjà apporté des premières réponses pour mieux reconnaître l’engagement des professionnels et moderniser les locaux. Au-delà des mesures de court terme, la loi « Ma Santé 2022 » transformera en profondeur notre système de santé, en ville comme à l’hôpital.