"La France de 2016 est beaucoup plus innovante qu'il y a 10 ou 5 ans"

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Bernard Cazeneuve.

Publié 09/12/2016

Bernard Cazeneuve s’est exprimé, le 8 décembre, devant les acteurs économiques de la métropole de Lyon, "capitale du savoir-faire et de l'innovation". A cette occasion, il a rappelé l’objectif du Gouvernement qui consiste à renforcer la compétitivité des entreprises.

Tout juste nommé à Matignon, Bernard Cazeneuve a effectué son premier déplacement à Lyon. Le Premier ministre a rendu un hommage appuyé à la métropole lyonnaise, soulignant " la valorisation du patrimoine, la création artistique mais aussi économique de la Fête des lumières qui fait rayonner Lyon partout dans le monde, bien au-delà de ses frontières ".
Il a également salué l'engagement des acteurs publics qui ont œuvré à la création de la métropole de Lyon dans le cadre de la réforme territoriale, voulue par le président de la République. En effet, depuis le 1er janvier 2015, la métropole exerce sur son territoire toutes les compétences du GrandLyon, celles du département et les compétences complémentaires en provenance des communes. " En créant la première métropole issue de la loiMAPAM , en fusionnant au sein d’une même entité les compétences du département et de l’agglomération, vous avez tracé la voie d’une France qui se réforme et d’une France qui se modernise ", a-t-il dit en s'adressant au maire Gérard Collomb.
Vidéo dailymotion intitulée '"L'investissement public revêt une dimension absolument essentielle" '

Bernard Cazeneuve s’est exprimé, le 8 décembre, devant les acteurs économiques de Lyon, l'une des premières métropoles labellisées French Tech. Après la visite de l’Institut de Recherche Technologique Bioaster, le Premier ministre a salué le sens de l'innovation de la métropole tant du point de vue économique que de celui de l'organisation du territoire. Il a également assuré que l'aide de l'État au développement de la nouvelle économie lyonnaise sera poursuivie.

Une politique économique favorable à l'innovation et à l'investissement

Après la visite de l’Institut de recherche technologique Bioaster, Bernard Cazeneuve a détaillé les principales mesures économiques mises en œuvre depuis le début du quinquennat pour renforcer la compétitivité des entreprises. Avec le Pacte de responsabilité et de solidarité et le crédit d’impôt compétitivité-emploi (CICE), ce sont près de 40 milliards d’euros qui ont été fléchés vers les entreprises. Cet effort a permis " d’avoir dans l’industrie un coût horaire du travail plus faible qu’il ne l’est en Allemagne ", a expliqué Bernard Cazeneuve.
Ce dispositif a été complété par des mesures visant à soutenir l’investissement et les créations d’emplois. A ce titre, l’aide aux PME connaît " un succès remarquable avec près de 1 million d'embauches ", a détaillé le Premier ministre. En parallèle, le dispositif de sur-amortissement sera applicable à tous les investissements lancés, d'ici à avril 2017, pour pousser les entreprises à investir, à créer de la croissance et davantage d’emplois.
Concernant la fiscalité des entreprises, la baisse de l'impôt sur les sociétés à 28%, prévue dans le projet de loi de Finances 2017, sera appliquée dès l'année prochaine. Elle concernera dans un premier temps les PME et, " aura vocation graduellement étendue à l'ensemble des entreprises au cours des prochaines années ", a précisé le Premier ministre. La loi Travail a également permis d’assurer aux entreprises " plus de sécurité et de visibilité " et aux salariés " plus de droits pour se former ".

La france, seconde capitale d'europe des start-up

La politique économique mise en place par le Gouvernement commence à porter ses fruits. La France est désormais " la seconde capitale d'Europe des start-up, avec un milliard d'euros mobilisé pour le capital-risque ", s'est félicité Bernard Cazeneuve.
Diverses mesures participent également de l'attractivité de la France : le Passeport talent, le programme French Tech Ticket, ou encore le dispositif fiscal, prévu dans le projet de loi de finances et applicable aux impatriés (8 ans contre 5 ans actuellement), sont autant d'incitations pour que les entrepreneurs étrangers choisissent de s'installer en France.
Le Premier ministre a achevé son déplacement en lançant la Fête des lumières, aux côtés de Gérard Collomb et du prince AlbertII de Monaco.

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction