Deux ans de France 2030 : les derniers lauréats du volet spatial dévoilés et lancement d’un appel d’offre sur les technologies et instruments spatiaux

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 18/12/2023 |Modifié 20/12/2023

A l’occasion des deux ans du plan d’investissement France 2030, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Sébastien Lecornu, ministre des Armées, Sylvie Retailleau, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, avec Bruno Bonnell, secrétaire général pour l’investissement, en charge de France 2030, annoncent les 24 derniers lauréats du volet spatial de France 2030 pour un investissement public de plus de 80 millions d’euros.

Les projets soutenus couvrent l’ensemble des axes prioritaires de la stratégie spatiale :
  • Assurer à la France un accès autonome à l’espace en participant pleinement à la course aux alternatives privées qui rythme aujourd’hui la scène internationale.
  • Prendre des positions stratégiques dans le domaine des constellations de satellites et préparer l’industrie spatiale française à de nombreuses innovations en orbite basse.
  • Positionner favorablement l’ écosystème sur les nouveaux marchés et les nouveaux usages du spatial, des services en orbite à la surveillance de l’espace.
La dernière vague de lauréats du volet spatial est issue de quatre appels à projet (AAP) et un appel d’offre :
  • AAP « Développement de mini et micro lanceurs » : quatre nouveaux projets, pour un investissement total de 42 millions d’euros, soutenu à hauteur de 22 millions d’euros par l’Etat.
  • AAP « Développement et industrialisation de constellations de satellites et de leurs technologies habilitantes » : neufs projets lauréats, pour un investissement total de 110 millions d’euros d’investissement productif, soutenu à hauteur de 44 millions d’euros par l’Etat.
  • AAP « Services en orbite » : trois nouveaux projets lauréats, pour un investissement total de 14 millions d’euros, soutenu à hauteur de 8 millions d’euros par l’Etat.
  • AAP « Surveillance de l’espace » : deux nouveaux projets lauréats, pour un investissement total de 4,3 millions d’euros,  soutenu à hauteur de 1,8 millions d’euros par l’Etat.
  • Appel d’offres « Utilisation de données spatiales pour le suivi et la gestion de l’eau » : neuf entités réunies en 6 groupements sont lauréates de l’appel d’offres hydrologie, pour une commande publique totale de 5,3 millions d’euros.
En parallèle, deux nouveaux appels d’offres sont lancés, opérés par le CNES pour le compte de l’Etat. Le premier appel d’offres porte sur les services et les résultats de démonstration et de validation en orbite de technologies et instruments spatiaux. Le second appel d’offres porte sur les services de démonstration pour la surveillance et la gestion de crise par des traitements avancés de données satellitaires ouvertes ou commerciales, afin de répondre aux besoins d’acteurs régaliens : https://marches.cnes.fr/entreprise
Piloté par la Direction générale des Entreprises (DGE), Direction de la Recherche et de l’Innovation (DGRI) et Direction générale de l’Armement (DGA), en lien avec le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI). Doté d’une enveloppe totale d’1,5 milliard d’euros, le volet spatial de France 2030 compte aujourd’hui plus de 100 projets lauréats. Ces projets représentent des investissements de près de 350 millions d’euros soutenus par l’Etat à hauteur de 200 millions d’euros, dont plus des deux tiers pour des acteurs émergents et une participation croissante des acteurs de la recherche.
L’engagement de l’Etat vise à asseoir et renforcer la position de la France comme leader sur l’ensemble des segments du secteur spatial :
  • Renforcer le New Space français par un soutien bénéficiant pour deux tiers aux acteurs émergents, afin d’assurer le positionnement de la France sur des marchés en forte croissance.
  • Investir sur les technologies de rupture qui structureront le futur paysage spatial, en articulant mieux les retombées de la recherche spatiale et les innovations industrielles.
  • Orienter les investissements sur les besoins avérés des utilisateurs et les marchés porteurs.

Partager la page