Une consultation publique sur la stratégie française énergie-climat

Transition Écologique
Publié le : 02/11/2021
Forêt, arbres en perspective
Source : Pexels

Cette consultation publique, qui a lieu jusqu’au 15 février 2022, vise à alimenter les travaux d’élaboration de la future stratégie française sur l'énergie et le climat (SFEC).

L'action efficace contre le réchauffement climatique impliquant des choix de société qui auront des effets concrets sur la vie quotidienne des Français, le ministère de la Transition écologique lance une concertation publique volontaire du 2 novembre 2021 au 15 février 2022.

« La France s’est fixé en 2019 l’objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Cette nouvelle donne climatique impose une accélération de la décarbonation du pays et une redéfinition de notre système énergétique encore dépendant aux deux tiers des énergies fossiles. »
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique

Cette première phase de consultation publique volontaire sur la stratégie française énergie-climat (SFEC), disponible en ligne , constituera une feuille de route pour atteindre la neutralité carbone en 2050 et assurer l’adaptation de notre société aux impacts du changement climatique. Elle touche les secteurs de la construction, des transports, de l’agriculture, de l’industrie, de l’énergie ou encore des déchets.

Agir contre le changement climatique

L'action contre le changement climatique passe par une forte réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cela implique de vrais choix de société et des effets concrets dans la vie quotidienne des Français. La première consultation publique doit ainsi permettre de :

  • connaître les grandes orientations souhaitées par le public ;
  • enrichir les réflexions sur la vision climatique de long terme en amont de la loi de programmation énergie-climat qui doit être adoptée avant le 1er juillet 2023 ;
  • aider à préparer les stratégies qui déclineront de la loi dans les domaines de l’énergie, de l’atténuation du changement climatique et de l’adaptation à ses impacts ainsi que l’évolution des dispositifs opérationnels dont l’exécutif, puis le Parlement, s’empareront en 2022-2023.