Violences faites aux femmes : je m'informe, j'aide, je signale

Sécurité
Publié le : 13 janvier 2021
Une femme avec masque chirugical
Photo : Getty images

Comment signaler des violences et infractions sexistes et sexuelles ? Comment m’informer sur les démarches à suivre ? Où trouver de l’aide et à qui m’adresser ? Quel est l’objectif du portail de signalement arretonslesviolences.gouv.fr ? Retrouvez ici les réponses à ces questions.

Ordonnances de protection délivrées en 2020
3 254

Le Gouvernement s’engage

Depuis trois ans, le Gouvernement est mobilisé sur tous les fronts, avec l’ensemble des acteurs qui œuvrent au quotidien sur le terrain, pour protéger les femmes partout sur le territoire.

Cet engagement sans précédent s’est matérialisé notamment par la tenue du Grenelle des violences conjugales lancé le 3 septembre 2019 et le vote de trois lois.
Parmi les dispositions mises en place pour protéger les victimes de violences figurent notamment :
  • La saisie des armes du conjoint violent, car l’arme à feu est le premier mode opératoire des féminicides
  • La mise en place d'un bracelet anti-rapprochement destiné à assurer le contrôle à distance des conjoints ou ex-conjoints violents ;
  • La création du délit d'outrage sexiste par la loi 3 août 2018, verbalisant pour la première fois au monde le harcèlement de rue ;
  • La création de nouvelles solutions de logement et d’hébergement.

Les ordonnances de protection

L’ordonnance consiste à assurer l’effectivité de la protection des personnes particulièrement vulnérables et en grave danger, victimes de violences conjugales. La loi du 28 décembre 2019 a renforcé les moyens de lutte contre ces violences en accélérant la procédure la délivrance des ordonnances de protection par les magistrats.

En 2020, 5 983 ordonnances de protection ont été demandées soit une progression de 36% par rapport à 2017, signe de la mobilisation de l’ensemble des acteurs du monde judiciaire et de la meilleure connaissance de ce dispositif.

L’engagement redoublé du Gouvernement durant la crise sanitaire

Compte tenu de la crise sanitaire et du confinement qui constitue un facteur aggravant d’exposition aux violences pour les femmes, des mesures supplémentaires ont été adoptées au printemps et reconduites cet automne.

Cette mobilisation s’est notamment traduite par :
  • Un soutien financier supplémentaire aux associations des droits des femmes
  • Le financement de nuitées d’hébergement pour protéger les victimes de violences
  • La pérennisation du dispositif « alerte pharmacie » qui permet de se signaler en pharmacie. Si la victime le souhaite, l’officine peut lui communiquer des numéros d’écoute ou directement appeler les forces de l’ordre pour intervention.
  • La création de points d’accueil dans les grandes surfaces
  • La mise en place d’un partenariat avec Uber qui propose 2 000 courses gratuites via la FNSF pour les femmes victimes

Si vous êtes victimes de violences sexistes et sexuelles, ou si vous êtes témoins de ces violences, l’Etat vous protège :

  • En cas de danger immédiat, composez le 17 ou utilisez le 114 par SMS
  • Le portail en ligne de signalement des violences sexistes et sexuelles permet aux victimes et aux témoins d’échanger en direct avec un policier ou un gendarme spécialement formé à ces violences, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Le portail est ouvert à toutes et tous à l’adresse : https://arretonslesviolences.gouv.fr
  • Renforcement des dispositifs d’accueil d’urgence partout en France

Des associations et des applications qui vous aident et vous écoutent, parmi lesquelles :

  • Un numéro gratuit et anonyme, le 39 19 (tous les jours de 9h à 21h), qui dispose également d'un partenariat de 2 000 courses gratuites avec Uber jusqu'au 31 mars 2021
  • L’application « Mémo de vie » coffre-fort numérique pour y consigner faits et preuves : https://memo-de-vie.org/  
  • Une application de soutien entre femmes : https://www.app-elles.fr/
  • Un tchat gratuit : www.commentonsaime.fr

Pour en savoir plus