Le Programme d'investissements d'avenir

Le Programme d’investissements d’avenir (PIA), piloté par le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI), a été mis en place par l’État pour financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, afin de permettre à la France d’augmenter son potentiel de croissance et d’emplois. De l’émergence d’une idée jusqu’à la diffusion sur le marché d’un produit ou service nouveau, le PIA intervient sur tout le cycle de vie de l’innovation et fait le lien entre la recherche publique et le monde de l’entreprise. Le PIA repose sur un double principe d’effet de levier et de partage des risques : l’investissement de l’État dans un projet d’innovation est la plupart du temps cofinancé par des partenaires privés ou publics. Depuis le lancement du PIA, l’Etat a ainsi co-financé plusieurs milliers de projets pour préparer l’avenir.

 

 

Engagé depuis 10 ans le PIA, finance des investissements prometteurs et innovants sur l’ensemble du territoire et dans des secteurs stratégiques pour la France (transition écologique, compétitivité des entreprises, enseignement supérieur et recherche, souveraineté industrielle, économie numérique…). Il se décompose en 4 vagues successives qui correspondent à l'engagement de nouveaux crédits pour poursuivre le déploiement du potentiel d'innovation et de croissance en France.

 



Le 8 janvier 2021, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le quatrième Programme d’investissements d’avenir (PIA4) lors d’un déplacement dans l'Essonne, dans les locaux d'une jeune start-up soutenue par le PIA et spécialisée dans le développement et la qualification de propulseurs électriques pour petits satellites. Accompagné de plusieurs membres du Gouvernement, il a détaillé les orientations stratégiques de ce programme exceptionnel qui vise à faire de la France le terreau le plus fertile en Europe pour les chercheurs et les entrepreneurs.

Doté de 20 Md€ sur cinq ans, ce programme contribue d’ores et déjà à hauteur de 11 Md€ au plan de relance, afin d’en accélérer la dynamique d’innovation. En poursuivant la transformation du système d’enseignement supérieur et de recherche, il complète les moyens de la Loi de programmation de la recherche (LPR), qui apporte 25 milliards d’euros sur 10 ans à la recherche.
 

20 milliards pour l'innovation, la recherche et l'enseignement supérieur

L’Etat utilisera une partie de cette enveloppe (12,5 milliards d'euros) pour financer des investissements exceptionnels dans quelques filières et technologies émergentes et prioritaires: les technologies numériques, la recherche médicale et les industries de santé, les énergies décarbonées, l’agriculture responsable et la souveraineté alimentaire, les transports et mobilités durables, les villes de demain, l’enseignement numérique, les industries culturelles et créatives, etc.
 

Avec l'autre partie de l'enveloppe (7,5 milliards) l’Etat garantira un financement structurel pérenne et prévisible aux écosystèmes et organismes d’enseignement supérieur (universités de recherche, laboratoires d’excellence…), de recherche et d’innovation (instituts hospitalo-universitaires, instituts de recherche technologique…), pour faire de la France le terreau le plus fertile et attractif en Europe pour les étudiants, les enseignants, les chercheurs et les entrepreneurs.
 
Comment les 20 Md€ d'investissements d'avenir sont répartis ?


Un programme tourné vers la transition écologique et énergétique

Le PIA 4 s’est fixé un objectif d’au moins un tiers d’investissements en faveur de la transition écologique. En ce sens, une grande partie des nouvelles stratégies d’innovation prioritaires du PIA 4 seront dédiées à la transition écologique, qu’il s’agisse de transformer nos systèmes et équipements agricoles, décarboner notre industrie ou accompagner la transformation de nos villes afin qu’elles soient plus adaptées et plus résilientes face au changement climatique. C’était aussi le cas de la stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné annoncée par le Gouvernement dès le mois de septembre 2020. D’autres dispositifs du PIA contribueront pleinement à la transition écologique, tel qu’un fonds d’investissement dans le domaine des ecotech. Enfin, aucune dépense du PIA 4 ne sera défavorable à l’environnement.
 

Des investissements au cœur des territoires 

Déjà présent dans les territoires à travers des actions comme "Ville de demains" ou plus récemment « Territoires d’innovation », le Programme d’investissements d’avenir accélère sa territorialisation, par la recherche de partenariats renforcés avec les acteurs locaux et par la démonstration territoriale en conditions réelles. Pour donner un exemple, à la rentrée 2020, dans le cadre du dispositif Territoires Numériques Educatifs, le PIA a investi à hauteur de 27,3 millions d’euros pour tester le déploiement d’équipements numériques et des dispositifs de formations dans les départements de l’Aisne et du Val d’Oise. Pour appuyer le dynamisme économique des régions, l’enveloppe du PIA4 régionalisé double, passant de 250 à 500 millions d'euros (100 M€ par an sur 5 ans) avec une méthode identique : 1 € investi par une région pour 1€ investi par l'Etat. Comme l'a indiqué le Premier ministre, « cette enveloppe ne pourra pas être utilisée sans que chaque région ait pu se prononcer sur ces choix d’investissements ».