Mise à jour le 24 septembre 2020

Personnes en situation de handicap

Vous êtes en situation de handicap ? Que vous choisissiez de rester confiné à votre domicile (parce que vous avez des problèmes de santé) ou non, vous accompagner est une priorité. Retrouvez l’ensemble des réponses à vos questions sur les pages dédiées à la crise sanitaire du ministère en charge du Handicap.

En cas de symptômes

Que faire si j’ai les symptômes de la COVID-19 ?
  • Sans signe grave, je contacte mon médecin traitant ou j’entre en contact avec un téléconseiller ;
  • En cas de forte fièvre ou de difficultés à respirer, selon ma situation, j’appelle les urgences au 15, ou le numéro d’urgence réservé aux sourds et aux malentendants (114). Sinon, je me rends à l’hôpital le plus proche.

Une question ? Besoin d'aide ? Appelez-nous en cliquant sur ce bouton :

 
  • transcription écrite : 24h/24 et 7j/7
  • LSF et LPC : de 8h30 à 19h00 du lundi au vendredi

*Attention, ce téléservice doit être utilisé uniquement par des personnes sourdes, malentendantes. Votre échange se fera en direct avec l’un de nos conseillers. Ce téléservice utilise le système Captcha de Google, mais n’enregistre pas vos données personnelles. En l’utilisant, vous acceptez les conditions générales d’utilisation de la société RogerVoice (rogervoice.com/fr/privacy).Si vous n’êtes pas une personne sourde, malentendante, vous pouvez appeler le 0800 130 000.
 

Les recommandations sanitaires

Si je suis une personne en situation de handicap considérée à risque*, pour me protéger, je minimise mes sorties, je porte un masque grand public et respecte les mesures barrières lorsque je sors, mais aussi si je reçois des visiteurs chez moi (eux aussi doivent respecter ces règles).

À domicile, mon accompagnement sera renforcé, en particulier si je sors de l’hôpital ou si l’appropriation des mesures barrières est complexe dans mon quotidien.

Gardez à l’esprit que la continuité et la reprise de vos soins sont une priorité.
 

* Le critère de vulnérabilité peut s’apprécier au regard de l’avis rendu par le Haut conseil en santé publique du 20 avril dernier, qui cite comme catégories de personnes les plus à risque : les plus de 65 ans ; les sujets avec antécédents cardiovasculaires ; les diabétiques non équilibrés ou avec complications ; les sujets ayant une pathologie chronique respiratoire ; les patients souffrant d’insuffisance rénale chronique dialysée ; les malades atteints de cancer évolutif sous traitement ; les personnes obèses (IMC > 30kg/m2) ; les personnes immunodéprimées ; les malades de cirrhose B aggravée ; les femmes enceintes à partir du 3ème mois de grossesse ; les sujets présentant un symptôme drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie.

Mesures d'accompagnement

Pour vous accompagner à domicile

Je me connecte à la plateforme solidaires-handicaps.fr qui recense les initiatives de solidarité autour de chez moi, et peut me mettre en relation avec des dispositifs d’accompagnement et d’appui.

Pour les aidants

  • les solutions de répit qui me sont déjà proposées seront diversifiées et amplifiées ;
  • je peux moi aussi trouver des solutions sur la plateforme solidaires-handicaps.fr.

Pour le retour à l’école ou au travail

Je suis élève/écolier en situation de handicap

  • je retourne en classe en même temps que les autres élèves, en bénéficiant de mesures de protection appropriées ;
  • les externats et accueils de jour ont rouvert, quel que soit mon âge, et ce dans le respect des consignes sanitaires.
  • deux entretiens d’accueil des familles sont organisés : avec le chef d’établissement lors de la première rentrée dans l’établissement ; avec mon professeur et mon accompagnant.
Je peux appeler un numéro vert unique : le 0805 805 110 qui permet de joindre, selon le besoin, soit la cellule départementale, soit la cellule nationale Aide Handicap École.

Je suis étudiant en situation de handicap

  • je peux être aidé pour mes cours à distance et pour préparer mes épreuves, par le dispositif handicap et par le référent de mon établissement ;
  • je peux demander un appui bénévole sur la plateforme de la FEDEEH qui propose un système d’entraide entre étudiants.

Je suis travailleur en situation de handicap

  • je privilégie le télétravail lorsqu’il est possible ;
  • si le télétravail n’est pas possible, je peux reprendre le travail au même titre que les autres salariés, y compris si je travaille dans un Établissement de service et d’aide par le travail (ESAT).
Les fiches conseils métiers du ministère du Travail rappellent à votre employeur qu’il doit mettre en œuvre des aménagements spécifiques de vos conditions de travail.

Je suis en recherche d’emploi

  • j’informe mes employeurs potentiels des aides spécifiques mises en place par l’État dans le cadre du plan France Relance. Concrètement, l’aide concerne toute entreprise du secteur privé (secteur marchand ou non marchand) quelle que soit la structure, qui recrute un salarié reconnu comme travailleur handicapé, dans le cadre d’un CDI ou CDD de plus de 3 mois (plafonné à un salaire équivalent à deux smic). Montant de l’aide : 4 000 euros cumulable avec les autres dispositifs, y compris Agefiph. Le contrat doit être signé avant le 26 février 2021.

Pour vos démarches administratives et le renouvellement de vos droits

Si mes droits ou prestations arrivent à expiration avant le 31 juillet, ils sont automatiquement renouvelés pour 6 mois, sans aucune démarche à accomplir.

Les MDPH restent à ma disposition par téléphone ou via leurs outils de communication à distance. Leur accueil physique reprendra progressivement en fonction de la situation locale.

Supports accessibles

Vous pouvez consulter ou télécharger des supports en FALC (facile à lire et à comprendre) en cliquant ici.

Vous pouvez consulter ou télécharger des supports en FALC (facile à lire et à comprendre) en cliquant ici.

Ressources


Pour répondre à l’ensemble de vos questions consultez la foire aux questions dédiée.

*Le critère de vulnérabilité peut s’apprécier au regard de l’avis rendu par le Haut conseil en santé publique du 20 avril dernier, qui cite comme catégories de personnes les plus à risque : les plus de 65 ans ; les sujets avec antécédents cardiovasculaires ; les diabétiques non équilibrés ou avec complications ; les sujets ayant une pathologie chronique respiratoire ; les patients souffrant d’insuffisance rénale chronique dialysée ; les malades atteints de cancer évolutif sous traitement ; les personnes obèses (IMC > 30kg/m2) ; les personnes immunodéprimées ; les malades de cirrhose B aggravée ; les femmes enceintes à partir du 3ème mois de grossesse ; les sujets présentant un symptôme drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie.