19 février 2018

Jean-Marc MORMECK à l'Epide de Montry pour redonner le sourire à l'avenir des jeunes

« Nous rattrapons collectivement ce qui n’a pas pu être fait ou le mal qui a été fait, que ce soit dans le parcours scolaire de ces jeunes ou dans leur famille. Nous nous destinons à tous ces jeunes et sommes à leur coté pour leur donner la capacité de rebondir pour trouver un emploi et s’insérer en toute sérénité dans la société » explique Marie-Josée GALAS, directrice de l’Epide de Seine
« Nous rattrapons collectivement ce qui n’a pas pu être fait ou le mal qui a été fait, que ce soit dans le parcours scolaire de ces jeunes ou dans leur famille. Nous nous destinons à tous ces jeunes et sommes à leur coté pour leur donner la capacité de rebondir pour trouver un emploi et s’insérer en toute sérénité dans la société » explique Marie-Josée GALAS, directrice de l’Epide de Seine et Marne à Jean-Marc MORMECK, Délégué interministériel pour l’égalité des chances venu à l’ Epide pour parrainer une section de volontaires et participer toute la journée à des temps d’échanges avec les jeunes, les encadrants ainsi que les directeurs des Missions locales du département, du Val de Marne et de Seine-Saint-Denis.

La mission de l’Epide : accompagner vers une insertion sociale et professionnelle durable

L’Epide de Montry vient en aide à des jeunes âgés de 18 à 25 ans qui n'ont ni emploi, ni diplôme, ni qualification. Il est composé de 6 sections de 30 jeunes (180 places). Ces sections sont organisées autour de l’élaboration et de la mise en œuvre du projet professionnel. Ils n’y suivent pas un enseignement général, des remises à niveau en maths ou français en informatique leurs sont proposées, ainsi que l’apprentissage du code de la route. Une des missions principales de l'établissement est de les accompagner vers la formation qualifiante et l’emploi qu’ils auront choisis.
A l’occasion d’une table ronde organisée pour présenter les missions de l’Epide au Délégué interministériel Jean-Marc MORMECK, Adama se confie « Monsieur moi je suis venue ici car je suis quelqu'un qui a besoin d’être soutenu, poussé, sinon je sais que je n’y arriverai pas car je n’ai pas confiance en moi. Les formateurs sont derrières et avec moi, je sais que je vais réussir ». Comme beaucoup de jeunes qui ont rejoint l’Epide, le concept du centre lui a plu et il a décidé de lui-même d'y postuler .
« Les jeunes ne sont pas élèves, mais volontaires » souligne un des moniteurs « c'est le fruit de leur propre démarche. Ils signent un contrat de volontariat d'une durée de huit mois. Ils peuvent aboutir leur projet avant ce délai, si ce n'est pas le cas ils peuvent aussi prolonger le contrat (en général de deux à trois mois). »

Un parcours citoyen basé sur l’action concrète

La vie à l'Epide est d'inspiration militaire. « J’aime l’esprit de groupe et les règles qu’on m’impose car chez moi on ne me les a pas transmises et je sais que pour réussir il en faut des règles.» témoigne Laura. Les filles et les garçons portent un uniforme, polo rouge, pantalon bleu marine, chaussures beige robustes, «comme ça pas de jalousie, on est tous pareil et égaux ! » glisse un des volontaires à Jean-Marc MORMECK, Délégué interministériel pour l’égalité des chances.
On se lève à 6 h, les rassemblements au garde-à-vous ont lieu plusieurs fois par jour, notamment pour la montée des drapeaux qui se fait au son de la Marseillaise , on entretient les locaux... « En fait on nous prépare tout simplement à la vraie vie » rebondit Sébastien, « en effet les jeunes ont besoin d'intégrer un environnement structurant pour se remettre dans le droit chemin », explique un encadrant , « c’est vrai car moi par exemple je n’avais plus de motivation, donc je me suis dit que dans un cadre très strict ce serait plus simple pour moi de me discipliner.» renchérit Samia.
Le sport y a aussi une place prépondérante a remarque le Délégué interminsitériel, « les valeurs de la vie, mes valeurs, je les assimile en pratiquant du sport chaque jour, ça m’aide beaucoup», explique ce jeune sportif au sextuple champion du monde boxe qui le comprend et le félicite pour sa maturité.

Du travail et de la fierté

Selon les chiffres de la directrice, l’Epide de Montry réalise en 2017 un taux d’insertion de 65,04 %, dans les domaines suivants : formation qualifiante, CDI, contrat de professionnalisation, CDD, contrats d’apprentissage et dans des filières très variées comme la logistique, la restauration, le commerce, la sécurité, le BTP etc.
Si certains abandonnent en cours de route, notamment durant la période d'essai d'une semaine, la plupart vont jusqu'au bout et s'insèrent. L'ensemble du personnel  est fier de leur parcours et le prouve lors d’une cérémonie hebdomadaire pendant laquelle la directrice met en avant les volontaires ayant réussi.
Le Délégué interministériel a eu le privilège d’y assister et ne s’est pas privé pour les féliciter chaleureusement, « vous avez fait la démarche de venir ici , vous n’avez laisser personne décider pour vous, vous avez accompli la moitié du chemin, la réussite vous appartient, elle vous est dans vos mains», un volontaire dont il est désormais le parrain est venu à sa rencontre timidement « vous savez Monsieur j’ai beaucoup travaillé pour réussir, j’ai fait beaucoup de sacrifices mais je suis fier de moi. », réponse sans tarder de Jean-Marc MORMECK « à tous,  gardez cette fierté en vous car elle est noble, et vous irez encore plus loin. »

* (Les prénons des volontaires ont été remplacés)