Inauguration du bâtiment Simone Veil

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 21/11/2023 |Modifié 21/11/2023

Madame la Présidente, chère Roberta METSOLA,
Madame la ministre, chère Laurence BOONE,
Monsieur le Président du groupe Renew, cher Stéphane SEJOURNE,
Mesdames et Messieurs les présidents,
Mesdames et Messieurs les députés et députés européens,
Monsieur le commissaire, cher Thierry BRETON,
Monsieur le président de la région Grand Est, cher Frank LEROY,
Monsieur le président de la collectivité européenne d’Alsace, cher Frédéric BIERRY,
Madame la maire de Strasbourg, chère Jeanne BARSEGHIAN,
Madame la présidente de l’Eurométropole de Strasbourg, chère Pia IMBS,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs,
Il y a un an presque jour pour jour, j’ai eu l’honneur de me rendre ici-même, pour célébrer les 70 ans du Parlement européen à Strasbourg.
Aujourd’hui, je suis heureuse d’être à nouveau parmi vous, à Strasbourg, siège du Parlement européen et capitale européenne.
Madame la Présidente,
Parce que nous sommes Français bien sûr, mais surtout parce que nous sommes profondément européens, nous sommes fiers d’accueillir le siège du Parlement européen sur notre territoire.
Fiers et attachés à cette institution qui joue un rôle fondamental dans la vie de l’Union et au service de nos concitoyens.
Strasbourg, c’est d’abord une histoire.
Celle d’une ville, qui incarne parfaitement l’Europe.
Visage de la réconciliation entre la France et l’Allemagne. Terre d’unité, de dialogue et d’ouverture.
En ces temps où les crises internationales et la guerre font leur retour à nos frontières, nous devons sans cesse nous rappeler combien la paix et la démocratie sont fragiles. Sans cesse rappeler la réalisation exceptionnelle que constitue l’Union européenne, la protection qu’elle nous apporte, et les progrès qu’elle permet.
Nous étions six au départ, pour bâtir une première communauté autour du charbon et de l’acier.
Nous sommes 27 États aujourd’hui, dans une Union devenue politique, qui apporte des réponses aux grands défis de notre temps et qui agit concrètement pour le quotidien de nos concitoyens.
Strasbourg, c’est aussi là où bat le cœur de la démocratie européenne.
La démocratie, ce bien si précieux que nous avons en partage, et que nous devons préserver avec une détermination sans faille face aux régimes autoritaires.
Ça aussi, nous devons sans cesse le rappeler, d’autant plus à six mois de l’échéance majeure que sont les élections européennes.
Mais notre profond attachement à l’Europe, il ne s’agit pas seulement de l’affirmer. Il s’agit aussi, et peut-être même d’abord, de le démontrer concrètement, par des actes. C’est précisément ce que nous faisons aujourd’hui, en inaugurant ce nouveau bâtiment Simone VEIL.
Je tiens à remercier toutes celles et ceux qui n’ont pas ménagé leurs efforts, au cours des derniers mois, pour que ce magnifique projet aboutisse.
Madame la Présidente, tout d’abord, car je sais que, sans votre implication personnelle et celle de votre équipe, rien n’aurait été possible.
Je souhaite aussi saluer l’engagement des nombreux députés européens qui soutiennent depuis toujours le siège de Strasbourg.
Je pense en particulier aux questrices Fabienne KELLER et Anne SANDER, mais aussi à la vice-présidente Dita CHARANZOVA, ici présentes. Merci pour votre mobilisation.
Je connais également le rôle clé joué par Laurence BOONE, qui a défendu ce projet avec constance et détermination.
Je veux aussi saluer la Préfète et le Représentant permanent de la France auprès de l’Union européenne ainsi que leurs équipes pour le rôle déterminant qu’ils ont joué pour la réussite de ce projet.
Je souhaite enfin adresser mes plus vifs remerciements aux quatre collectivités locales qui ont accompagné ce projet depuis le début, et avec qui nous avons remarquablement travaillé.
Cela nous a permis de décider ensemble d’acheter ce bâtiment puis de proposer au Parlement de le louer, ce qu’il a bien voulu accepter.
Je veux le dire aussi : notre engagement conjoint en faveur du siège strasbourgeois du Parlement européen ne va évidemment pas s’arrêter.
Je suis pleinement consciente de la nécessité d’avancer encore sur les questions d’accessibilité et d’attractivité. Avec les collectivités, nous sommes totalement engagés. Je veux vous redire ma détermination et celle de mon Gouvernement à apporter des réponses pleinement satisfaisantes.
Mesdames et Messieurs,
Ce bâtiment Simone VEIL est un symbole.
Le symbole d’une Union européenne qui s’ancre plus encore à Strasbourg, et l’affirme comme une de ses capitales.
Le symbole d’une démocratie qui ne cesse de se rénover et offre des meilleures conditions de travail pour les députés européens, mais aussi pour tous les membres des Institutions européennes qui se retrouvent ici, dans le cadre des sessions plénières.
Le symbole, aussi, de la capacité des acteurs locaux, nationaux et européens à s’allier et agir ensemble pour réussir de grands projets.
Ce bâtiment, c’est enfin un nom : Simone VEIL.
Je crois comprendre, Madame la Présidente, qu’il s’est imposé comme une évidence.
Cela n’étonnera personne, car s’il y a un nom incontestable, c’est celui de Simone VEIL.
Incontestable par la puissance de son destin et la force de ses convictions.
Incontestable, car c’est celui d’une femme qui a su faire de blessures indicibles, le moteur de son engagement au service de la paix et de l’unité des Européens. Incontestable, car elle portait avec courage et constance ses idéaux, nos idéaux de démocratie et de liberté.
Incontestable parce qu’elle a été la première Présidente du Parlement européen élu au suffrage universel.
En un mot, incontestable, parce que Simone VEIL est le nom d’une très grande Française et d’une immense Européenne.
A l’heure où certains accablent l’Europe par principe, par réflexe, gardons à l’esprit les combats de Simone VEIL.
Puisons dans son exemple, la force pour défendre nos valeurs et faire avancer l’Union européenne.
Il y a près de 20 ans, elle nous avait alerté par ces mots : « L’Europe construite patiemment depuis des décennies peut demain se déliter. Ce que des hommes ont construit avec application, d’autres peuvent le détruire. »
Mesdames et Messieurs,
Aujourd’hui, ensemble, en inaugurant ce bâtiment, nous agissons en bâtisseurs pour l’Europe.
Nous montrons la vitalité de la démocratie européenne.
Nous montrons que l’Union est là pour durer.
Vive Strasbourg ! Vive l’Union européenne !

Partager la page

Le choix de la rédaction