Un plan de soutien et de développement pour les stations thermales

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 14/03/2022

Jean-Baptiste Lemoyne a présenté le 11 mars 2022 un plan de soutien et de développement des stations thermales. Objectif : faire évoluer cette filière.

Partager la page

Une femme en cure thermale.
Source : Getty
Diversification de l’activité thermale, mise en place de nouvelles synergies avec le tourisme… Le plan Destinations thermales accompagne et prépare l’avenir des 87 destinations thermales françaises.

La santé et le bien-être sont au cœur des préoccupations de nos compatriotes : le thermalisme est donc un atout incomparable pour inciter les Français à prendre soin d’eux tout en redécouvrant notre pays à travers les richesses des territoires accueillant des stations thermales.

Jean-Baptiste Lemoyne

Ministre délégué chargé du Tourisme, des Français de l’étranger de la Francophonie des Petites et Moyennes Entreprises
Le plan Destinations thermales s’est appuyé sur les conséquences de la crise sanitaire sur le secteur du thermalisme. En 2020, une baisse de fréquentation de 68% a été constatée au niveau national chez les curistes conventionnés du fait des périodes imposées de fermeture, et de nombreuses annulations compte tenu du contexte sanitaire général.

Plusieurs outils pour soutenir et faire évoluer la filière

Pour permettre aux stations thermales d’engager ce développement et répondre aux nouvelles attentes de leur clientèle, le Gouvernement met à disposition plusieurs instruments :
  • en ingénierie, pour définir et calibrer leur projet ;
  • en investissement, pour lever les fonds nécessaires et mobiliser leurs partenaires.
Pour appuyer ces objectifs, le plan Destinations thermales s’appuie ainsi sur plusieurs outils et partenaires :
  • des investissements en fonds propres apportés par la Banque des territoires sur 5 ans ;
  • des prêts de très long terme sur le fonds d’épargne de la Banque des territoires ;
  • 10 millions d’euros de subventions du fonds Avenir montagnes ;
  • 500 000 euros par Atout France pour des actions ciblées de communication.