Rentrée 2022 : 850 000 enseignants pour accueillir 12 millions d'élèves

Publié 01/09/2022

La Première ministre était accompagnée du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse Pap Ndiaye pour aller à la rencontre de collégiens à Airaines (Somme) en ce jour de rentrée scolaire. L'occasion pour Élisabeth Borne de se féliciter de la mobilisation du Gouvernement pour assurer une bonne rentrée aux élèves, même si des ajustements peuvent encore être nécessaires.

Partager la page

Notre objectif, c’est évidemment que toute l’année se passe bien. L’éducation, c’est une des grandes priorités du quinquennat. Donc il y aura des concertations sur beaucoup de sujets.

Élisabeth Borne

Première ministre
Intervention d'Élisabeth Borne depuis Airaines

Intervention de la Première ministre Élisabeth Borne et du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse Pap Ndiaye sur la rentrée scolaire

Elisabeth BORNE

Notre message, c’est de souhaiter une bonne rentrée à tous les élèves qui retrouvent aujourd’hui le chemin de l’école. C’est 12 millions d’élèves, c’est plus de 850 000 enseignants, donc vraiment notre mobilisation est totale. Et depuis que le ministre de l’Education nationale, Pap N’DIAYE, a été nommé, il est totalement mobilisé avec toutes les équipes des rectorats pour que cette rentrée se passe bien. Je pense qu’on peut le dire aujourd’hui, ça ne se passe pas mal, et donc c’est un motif de satisfaction. Et notre objectif, c’est évidemment que toute l’année se passe bien. L’éducation, c’est une des grandes priorités du quinquennat. Donc il y aura des concertations sur beaucoup de sujets, sur l’attractivité du métier d’enseignant, la revalorisation de ce métier, le fait de donner plus de marges de manœuvre aux équipes pédagogiques. Et c’est vraiment une des grandes priorités du quinquennat, on voulait marquer cette rentrée en étant aujourd’hui dans ce collège.

 

Journaliste

Beaucoup de parents craignent que les contractuels ne soient pas assez formés pour éduquer leurs enfants. Comment vous pouvez les rassurer sur ce sujet ?

 

Elisabeth BORNE

Alors le ministre va compléter, mais ce que je peux vous dire, c’est qu’on a innové cette année, parce que traditionnellement à la fin d’une année scolaire, les contractuels qui sont là s’en vont, et du coup on doit en retrouver des nouveaux pour la rentrée. Et on a pris la décision de les garder cet été, donc beaucoup de ces contractuels ont déjà enseigné l’an dernier, donc ils connaissent l’Education nationale. Je pense que c’est un gage de qualité, en tout cela facilite les choses pour ces enseignants qui sont aujourd’hui devant les élèves. Monsieur le ministre.

 

[réponse de Pap N’DIAYE]

 

Journaliste

Madame la Première ministre, est-ce que venir dans un établissement où il n’y a aucun problème d’effectif d’enseignants, où les classes ne sont pas du tout surchargées, est-ce que c’est vraiment représentatif des difficultés qui peuvent exister ça et là ?

 

Elisabeth BORNE

Alors vous savez, on a choisi ce collège avant de savoir que tout se passerait  bien. Et moi, j’ai tenu à venir ici avec le ministre de l’Education nationale parce que c’est un défi, des collèges dans les zones rurales, et je serai tout à l’heure dans une école dans un quartier prioritaire de la politique de la ville pour dire qu’on s’intéresse à tous les territoires. Et l’attention qui a été portée par le ministre, ses équipes tous ces derniers mois, ça vaut dans tous les territoires. Comme Pap N’DIAYE le disait, à chaque fois qu’on a pu détecter un risque cela ne se passe pas bien, les équipes se sont mobilisées pour apporter une solution. Il y aura sans doute des ajustements dans les prochains jours, mais on fera le maximum pour que tout se passe bien. Je le dis parce que certains prédisaient, voire auraient souhaité que cela se passe mal. Grâce au travail qui est mené par toutes les équipes, par le ministre et toutes ses équipes, je pense qu’on peut dire qu’aujourd’hui on a une rentrée qui se passe bien.

 

Journaliste

Mais justement, est-ce qu’en cette mi-journée vous avez quelques éléments chiffrés, des remontées sur cette rentrée ? Vous avez dit donc qu’il y aurait un enseignant devant chaque classe, vous dites que cela se passe bien, est-ce que vous pouvez quantifier ?

 

[réponse de Pap N’DIAYE]

 

Elisabeth BORNE

Et bien sûr, vous voyez, il peut y avoir des sujets ponctuels. Les équipes du ministre, le ministre prendront, comme ils le font depuis des semaines et depuis des mois, toutes les situations une par une pour apporter des réponses quand il y a des ajustements ponctuels qui sont nécessaires. Voilà. Merci. Merci beaucoup.