Prévenir les violences sexistes et sexuelles à l'université

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 18/10/2021

Le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a annoncé le déploiement d’un plan national d’action contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Partager la page

Photo : Getty images
Une nouvelle étape dans les politiques contre les violences sexistes et sexuelles a été franchie. Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, et Élisabeth Moreno, ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, ont annoncé le déploiement d’un plan national d’action contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Ce plan marque, par sa densité et son ambition, une nouvelle étape dans les politiques publiques de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Nourri d’un important travail d’auditions, il offre une réponse globale à un phénomène qui dépasse de loin la frontière du conjoncturel.

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

Ce plan d'action est le fruit des réflexions d’un groupe de travail mis en place au printemps 2021, avec :
  • le ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances ;
  • les quatre conférences d’établissements du supérieur (Conférence des présidents d’université (CPU), Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs (CDEFI), Conférence des grandes écoles (CGE), Conférence des directeurs d'écoles françaises de management (CDEFM).
Des auditions menées auprès de plus de vingt structures (organisations étudiantes, CNOUS, organisations syndicales…) ont ainsi nourri le plan organisé en quatre grands thèmes :
  1. un plan de formation et de sensibilisation massif, pour toute la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche ;
  2. un renforcement des dispositifs de signalement et de leur fonctionnement ;
  3. une communication renforcée : prévenir, se sentir concerné, mieux connaître ;
  4. la valorisation de l’engagement des étudiantes et des étudiants, ainsi que des personnels.
Le plan mobilisera une enveloppe de 7 millions d'euros sur la période 2021-2025.