Newcleo et le nouveau nucléaire français

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 14/11/2023 |Modifié 14/11/2023

Basée à Lyon, Turin et Londres, la « start-up » italienne Newcleo veut construire dans l'Hexagone un premier petit réacteur nucléaire et une unité de fabrication de combustibles recyclés. Susceptible de créer plusieurs centaines d’emplois directs, ce projet bénéficie du soutien des pouvoirs publics et de la dynamique en faveur du nouveau nucléaire français.

Portrait de Stefano Buono.
Newcleo veut aller vite.
La start-up créée en 2021 affirme être prête à construire un mini-réacteur nucléaire de 30 mégawatts électriques (MWe), en France, dès 2030. L’entreprise est détentrice de 14 brevets et d’une technologie innovante : des réacteurs rapides refroidis au plomb qui utilisent du combustible recyclé. Implantée à Turin, Lyon et Londres, Newcleo a levé 400 millions d’euros dès sa première année d’existence.
Son projet de petits réacteurs modulaires (Small Modular Reactor, SMR) figure parmi les lauréats de l’appel à projets « Réacteurs nucléaires innovants » du plan d’investissements France 2030 consacré à l’émergence, en France, de concepts de réacteurs nucléaires de petite taille, en rupture, proposant une meilleure gestion des déchets radioactifs.
En mai 2023, Newcleo a annoncé vouloir investir en France jusqu’à 3 milliards d’euros sur la période 2023-2030 pour réaliser un réacteur de démonstration et une unité pilote de fabrication du combustible.

Entretien avec Stefano Buono, président directeur-général de Newcleo.

Quels sont les principaux avantages de votre technologie ?

Nos réacteurs à neutrons rapides refroidis au plomb liquide de quatrième génération présentent des avantages en termes de coût, de sûreté et de déchets.
Leur petite taille et leur puissance réduite sont également un atout : deux hectares suffisent à l’installation de notre Small Modular Reactor (SMR) commercial de 200 MWe, les travaux peuvent être réalisés en trois ou quatre années avec des coûts proportionnellement bien inférieurs à ceux d’une installation classique de 900 MWe ou plus…
Enfin, en réutilisant le combustible usé des centrales, nos réacteurs produisent une énergie décarbonée, durable et circulaire, proche de la neutralité carbone.

Pourquoi avoir choisi la France pour construire votre démonstrateur ?

La France dispose déjà d’un savoir-faire important tant dans le recyclage de combustible, que dans les réacteurs à neutrons rapides. C’est aussi le pays d’Europe qui encourage le plus les entreprises du nouveau nucléaire.

Le Gouvernement français, en affichant sa volonté de relancer l’ensemble de la filière, a suscité une dynamique qui embarque tous les acteurs du marché.

Stefano Buono

  • Président et directeur général de Newcleo
Le Gouvernement français, en affichant sa volonté de relancer l’ensemble de la filière, a suscité une dynamique qui embarque tous les acteurs du marché.
Nous sommes frappés par exemple par la qualité et la rapidité de nos échanges avec l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) ou l’Institut de radioprotection et de sureté (IRSN) nucléaire qui évaluent nos solutions.

Que représente pour vous le soutien du plan d’investissement France 2030 ?

Au-delà de l’accompagnement financier, il représente surtout la validation de notre projet, tant sur le plan commercial que technique. Cette forme de labellisation par l’État renforce notre crédibilité vis-à-vis des investisseurs mais aussi du public. Cette reconnaissance est indispensable à la réalisation d’un projet industriel nucléaire.
J’ai le sentiment qu’elle va nous aider à maintenir la dynamique en cours et que nous allons plus facilement parvenir à identifier un site pour implanter notre premier réacteur et notre unité pilote de combustible.
Il ne faut pas perdre de temps si nous voulons tenir l’échéance de 2030, dans le respect des procédures requises pour une installation nucléaire.

Cette forme de labellisation par l’État renforce notre crédibilité vis à vis des investisseurs mais aussi du public. Cette reconnaissance est indispensable à la réalisation d’un projet industriel nucléaire.

Stefano Buono

  • Président et directeur général de Newcleo

Plus d'informations

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction