Le « Plan vélo » fête ses quatre ans

Publié 20/09/2022 | Modifié 20/09/2022

À l'occasion de ce quatrième anniversaire, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé un nouveau fonds doté de 250 millions d'euros en 2023.

Partager la page

vélo
Source : Pexels
Le Plan Vélo et Mobilités Actives, annoncé en septembre 2018 par Élisabeth Borne alors ministre des Transports, a permis de développer l’usage du vélo sur tout le territoire grâce à :
  • l’aménagement de pistes cyclables sécurisées ;
  • le renforcement de la lutte contre le vol de vélo ;
  • les aides à l’achat et à l’usage.
La preuve : en 2021, les trajets à vélo - que celui-ci soit classique, à assistance électrique ou pliant - ont augmenté de 28 % par rapport à 2019 ! 
Et ce n'est pas fini, puisque l'objectif, en 2024, est que le vélo représente 9 % des trajets des Français.
Le développement de la « culture vélo » n'est pas en reste avec, notamment, le programme génération vélo ou encore l'opération mai à vélo.

Et si vous adoptiez le vélo ?

Du 15 août au 31 décembre 2022, les aides nationales à l’achat d’un vélo (bonus écologique et prime à la conversion) sont étendues et plus faciles d’accès.

Je découvre les aides pour l'acquisition d'un vélo

250 millions d'euros en 2023

Pour célébrer ce quatrième anniversaire, la Première ministre a réuni, mardi 20 septembre 2022, dans la cour d’honneur de l’Hôtel de Matignon, enfants et usagers autour d’un parcours composé d’ateliers mettant à l’honneur la pratique du vélo.
À cette occasion, Élisabeth Borne a annoncé :
  • un nouveau fonds doté de 250 millions d'euros en 2023 ;
  • le lancement à l'automne d'un comité interministériel du vélo qui intègrera tous les ministres concernés et se réunira tous les six mois.
Plan vélo : intervention d’Élisabeth Borne depuis l’hôtel de Matignon

Intervention d’Élisabeth Borne à l’occasion du 4e anniversaire du « Plan vélo ».

Le vélo, c'est à la fois accessible, écologique, bon pour la santé, c’est aussi un atout pour développer la pratique sportive, et puis, c'est aussi un atout pour notre économie.

C'est pour ça qu'il y a 4 ans tout juste, on avait lancé le Plan vélo. Donc, avec mon prédécesseur, moi, j'étais alors ministre des Transports, l'idée, c'était d'affirmer qu'on voulait être une nation vélo, et puis aussi de donner les moyens à la hauteur de cette ambition.

Ce qu'on peut dire aujourd'hui, c'est que ce plan, ça a été un vrai succès. On a à la fois beaucoup développé la pratique du vélo et on a notamment, en 2021, c'est le moyen de transport le plus vendu grâce aux aides qui ont été mises en place pour la réparation et puis pour l'acquisition de vélos. On a beaucoup progressé sur le développement d'infrastructures cyclables, c'est évidemment important pour que la pratique du vélo se fasse en toute sécurité.

Donc il y a 14 000 kilomètres de pistes supplémentaires qui ont pu être réalisées grâce aux fonds vélo qui avaient été mis en place. On a aussi appris aux jeunes à utiliser un vélo pour se déplacer. Donc c'est le Savoir rouler à vélo, 160 000, je crois que c'est près de 170 000 même, jeunes, qui ont pu avoir ce diplôme comme on vient d'en remettre de savoir rouler en vélo.

Donc c'est une première étape et évidemment, moi, je souhaite aller plus loin parce que vous aurez compris, je crois beaucoup au vélo compte tenu de tous les atouts que je rappelais, et c'est pour ça qu'aujourd'hui j'ai décidé de lancer un deuxième Plan vélo.

On va maintenir le soutien, les aides pour l'acquisition de vélos. On veut même faire une filière française du vélo. Le ministre de l'Industrie est avec nous parce qu'il va porter cette ambition, donc à la fois de l'assemblage au recyclage, avec tout ce qu'on peut aussi créer comme emplois dans la réparation. On va continuer à développer des infrastructures cyclables.

Et donc on lance un nouveau fonds vélo qui sera doté de 250 millions d'euros en 2023. On va continuer à apprendre à nos jeunes à se déplacer à vélo. Notre objectif, c'est de former toute une classe d'âge, donc 800 000 jeunes qui doivent pouvoir avoir ce savoir rouler à vélo. On va utiliser aussi les Jeux olympiques et paralympiques comme une vitrine du vélo en France, donc c'est aussi un projet ambitieux. Et puis, c'est aussi une brique dans notre prévention santé.

Vous savez que le Ministère de la Santé, c'est maintenant le Ministère de la Santé et de la Prévention. Et donc, du coup, le vélo est un des leviers en terme de prévention santé. Donc vous aurez compris, compte tenu des ministres qui sont avec moi aujourd'hui, que c'est une politique très interministérielle.

C'est pour ça que je vais réunir un comité interministériel vélo, et que je le réunirai tous les 6 mois pour pouvoir faire le point sur l'avancée, les blocages, le cas échéant à lever pour développer vraiment cette nation du vélo que nous souhaitons faire de la France. Voilà. Je vous remercie.