Fin de rideau pour la redevance audiovisuelle

Publié 16/08/2022

Apparue en 1933, la redevance audiovisuelle tire sa révérence fin 2022.

Partager la page

Une main tient une télécommande visant un téléviseur.
Source : Unsplash
Clap de fin. C’est officiel, la redevance télévision, de son vrai nom la « Contribution à l’audiovisuel public » (CAP) sera supprimée après presque 90 années d'existence.

Protéger le pouvoir d'achat des Français, c'est l'objectif de la suppression de la redevance télé.

D’un montant de 138 euros (88 euros en outre-mer), cette somme due par chaque foyer fiscal avait pour but de financer une partie de l’audiovisuel public.

Son montant global de 3,7 milliards d’euros sera compensée par un transfert d'une partie des recettes de la TVA jusque fin 2024.

Quels organismes publics finance la redevance ?

  • France Télévisions : France 2, France 3, France 4, France 5, et les chaînes publiques d’outre-mer.
  • Arte France.
  • Radio France : France Inter, France Info, France Culture, France Musique et France Bleu.
  • Radio France : France Inter, France Info, France Culture, France Musique et France Bleu.· France Médias Monde : Radio France internationale, France 24 et TV5 Monde ;
  • L'Institut national de l’audiovisuel (INA).

Depuis quand existe la redevance audiovisuelle ?

La volonté de subvenir au financement de l’audiovisuel public remonte à 1933.

Nous sommes sous la Troisième République (1870-1940). Seule la radio existait. La taxe concernait alors les heureux détenteurs de postes récepteurs de radiodiffusion.

La France dénombrait alors 1,9 million de postes de radio en 1935. Ils vont plus que doubler en deux ans avec 4 millions de postes en 1937.
Avec l’essor de la télévision après la Seconde guerre mondiale, la taxe concernera les téléviseurs en 1949. Les postes de radio ne seront plus taxés à partir de 1980.

La petite histoire de la redevance

La redevance télé, c'est quoi ?