CPER Aquitaine : "L'enjeu du contrat que nous signons, c'est de donner plus encore" de force à la région

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Manuel Valls.

Publié 24/07/2015

Manuel Valls s'est rendu, le 23 juillet, à Latresne, près de Bordeaux, pour signer avec le président du conseil régional, Alain Rousset, le Contrat de plan État-région (CPER) Aquitaine pour la période 2015-2020.

Le CPER mobilisera 1,4 milliard d'euros, dont 685 millions de l'État. Si l'on ajoute la contribution des départements, des agglomérations, des autres collectivités locales et de l'Union européenne, ce sont 2,8 milliards d'euros qui seront investis dans la région.

La mobilité, première priorité du CPER

Près de la moitié des crédits du CPER seront engagés pour répondre à la faiblesse actuelle des infrastructures de déplacement."Il s'agit notamment de conforter le réseau entre Bordeaux et l'Espagne afin d'améliorer les échanges économiques entre le nord et le sud de l'Europe" , a expliqué le Premier ministre. Il s'agit également de "tirer tout le parti de l'arrivée de la LGV à Bordeaux pour l'été 2017".
Sur le volet routier , la priorité est de décongestionner la rocade de Bordeaux. "100 millions d'euros de crédits de l'État ont été inscrits pour la mise à "2 fois 3 voies" complète et pour le développement du dispositif aquitain de régulation dynamique des voies rapides urbaines - Aliénor" , a précisé Manuel Valls.
Le CPER s'inscrit aussi dans la politique de développement international du Grand Port maritime de Bordeaux . "La région Aquitaine bénéficie d'une façade maritime incomparable et du plus vaste estuaire d'Europe" , s'est félicité Manuel Valls.
  • Enseignement supérieur, recherche et innovation
Avec 515 millions d'euros des crédits "Plan Campus" et "Programme d'investissements d'avenir (PIA)", "l'Aquitaine est, après l'Île-de-France, la première région bénéficiaire de ces crédits" , a rappelé Manuel Valls. L'Aquitaine a également été retenue comme région expérimentale "d'un fonds régional PIA" qui mobilisera 20 millions d'euros pour la future nouvelle région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, pour des appels à projets d'entreprises dans le cadre du dispositif "Usine du futur".
Les crédits CPER permettront en sus de financer plusieurs chantiers de créations ou de rénovations immobilières. Ainsi, 3 500 logements étudiants seront construits ou rénovés. Parmi les universités bénéficiaires, le Premier ministre a souhaité mettre en exergue l'effort particulier porté à la rénovation de l'université Pau-Pays de l'Adour, dans un souci d'équilibre régional.
  • Transition écologique
L'objectif est de réduire la consommation énergétique en réhabilitant 62 400 logements par an à partir de 2017. Il convient aussi d’encourager les énergies renouvelables, de soutenir la biodiversité et les espèces végétales, animales et aquatiques particulièrement riches en Aquitaine.
  • Volet territorial
Les crédits déployés par le Fonds de solidarité numérique s’élèveront à 187 millions d’euro s. Ils permettront de corriger les déséquilibres démographiques et économiques entre les territoires ruraux et les pôles urbains, notamment par l’accès au très haut débit.
"La Métropole bordelaise, créée cette année, a conçu un projet de développement, ancrée au coeur de la région. L’État y contribuera notamment par sa participation durable à l’Établissement public d’aménagement Euratlantique. Mais le rôle de l’État est également de soutenir les initiatives dans les territoires plus fragiles ou connaissant des mutations économiques : les territoires de Villeneuve-sur-Lot, de Fumel, Bergerac, Hagetmau seront donc légitimement accompagnés" , a déclaré Manuel Valls.
Enfin, le volet territorial spécifique au Pays Basque, prolongement du contrat territorial pour la période 2007-2013, soutiendra la langue et la culture basques, la jeunesse, la transition écologique et énergétique et les projets transfrontaliers.

Ce contrat de plan souligne combien les régions et l’État doivent conjuguer leurs forces, leurs investissements, leurs initiatives, pour le développement, la croissance, et donc l’emploi.

Manuel Valls, 23 juillet 2015

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction