Construction durable : focus sur quatre projets soutenus par l’Union européenne

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 24/11/2023 |Modifié 23/11/2023

Chaque année, l’Union européenne (UE) finance, aux côtés de l’État et des collectivités locales, plusieurs centaines de projets qui changent la vie des citoyens. Petit aperçu d’actions à Nîmes (Région Sud), Saverne (Grand Est), en Guadeloupe et en Guyane, sur ce que fait l'UE pour accélérer la rénovation thermique des bâtiments et diminuer l’empreinte carbone du secteur.

Panneaux solaires.
Dans l’Union européenne, les bâtiments représentent 40 % de la consommation d’énergie et 36 % des émissions de gaz à effet de serre. Parce que l’isolation de nos bâtiments publics et privés a des conséquences directes sur le réchauffement climatique, l’Union européenne souhaite accélérer les rénovations et favoriser la construction durable.
L'objectif : rendre le parc immobilier européen entièrement neutre en carbone d'ici à 2050. Pour y parvenir, l’Union finance plusieurs projets, en France comme en outre-mer.

L’université de Nîmes bénéficie du fonds FRR pour sa rénovation thermique

En Région Sud, l’université de Nîmes avait obtenu, en 2020, un financement de 2 millions d’euros dans le cadre du projet France relance.
Une aide destinée à financer quatre projets de rénovation sur son campus. En 2021, l’établissement a bénéficié d’un soutien complémentaire du fonds « Facilité pour la reprise et la résilience » (FRR) de l’Union européenne pour la rénovation thermique de son bâtiment historique Vauban.
Remplacement des fenêtres, installation d’une pompe à chaleur, travaux d’isolation… Cette ancienne prison, transformée en 1995 en résidence universitaire, a vu ses performances énergétiques s’améliorer de 37,5 % !

Des logements durables à Saverne

C’est également grâce au fonds FRR que la ville de Saverne, en Région Grand Est bénéficie d’une aide européenne de 844 000 euros. Objectif : soutenir cette commune de 11000 habitants dans la construction de logements durables.
Respectueux de la nouvelle réglementation thermique RE2020, ces logements devront également être construits en zone dense, afin de limiter l’étalement urbain.

Guadeloupe : les magasins s’équipent de panneaux solaires

Et si les bâtiments devenaient eux-mêmes des sources d’énergie renouvelables ? C’est le pari de la Guadeloupe où 5 centrales photovoltaïques ont été installées sur des toitures de magasins. Un projet mené en partenariat avec le groupe GBH, un acteur important de la grande distribution dans les territoires d’Outre-mer.
Au total, ce sont plus de 14 300 m² de panneaux solaires qui ont été posés sur les toits de 3 grandes enseignes. Sur un investissement 5, 3 millions d’euros, la contribution de l’Union européenne, via le FEDER, s’élève à près de 2,4 millions d’euros.

Un hall sportif « biomimétique » en Guyane

En Guyane, la construction du hall sportif du collège de Papaïchton répond elle aussi à une forte exigence environnementale.
Situé dans une zone isolée du territoire, ce bâtiment s’inscrit dans une approche « biomimétique » : son architecture s’inspire des palmes de cocotier, connues pour leurs propriétés de souplesse et de solidité.
Priorité à l’éclairage et à la ventilation naturelle, limitation du terrassement, exploitation du bois local comme principal matériau de construction… Cet équipement public, qui a bénéficié d’une aide européenne de 2 millions d’euros, mêle esthétique et performance environnementale.

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !