Conférence de presse conjointe d’Élisabeth Borne et Leo Varadkar

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 14/11/2023 |Modifié 13/11/2023

La Première ministre est allée à Dublin le 13 novembre 2023 pour échanger sur les enjeux de l'Union européenne avec son homologue Leo Varadkar et célébrer les « 225 ans d’aspiration à la République », en hommage à l’amitié franco-irlandaise marquant l’attachement des deux pays à leurs principes et valeurs communes.

LaPremière ministre Élisabeth Borne et son homologue irlandais, Leo Varadkar

La France est le plus proche voisin de l’Irlande au sein de l’Union européenne. Ça n’est pas seulement une réalité géographique, c’est une ambition politique que nous mettons en œuvre par des actes.

Élisabeth Borne

  • Première ministre
Conférence de presse conjointe d'Élisabeth Borne et Leo Varadkar

Conférence de presse conjointe de la Première ministre Élisabeth Borne et du Taoiseach Leo Varadkar, Premier ministre d'Irlande

Leo VARADKAR

Good afternoon everyone. It's an honor to welcome Prime Minister BORNE and ministers and parliamentarians, accompanying her to Ireland. Ireland and France are old friends and allies with links that stretch back through history. The Prime Minister and I will celebrate those links together when we join today's conference, commemorating the 225th anniversary of the Year of the French, « L'année des Français », when forces of the French Republic sailed from La Rochelle to aid the Irish rebellion for independence back in 1798. We rightly see these events of 1798 as one of the defining moments in the long path to the realization of our own Republic. The Year of the French lives on in our folk memory and also in our political traditions. We are also, of course, celebrating the increasingly close ties between us that have been significantly strengthened in recent years. France is Ireland's nearest neighbor in the European Union, and we both share a deep commitment to the European Union as the bedrock for peace, prosperity, security and well-being on our continent. We agreed a joint plan of action for bilateral cooperation when President MACRON visited Dublin back in 2021. And the second progress report on its implementation, which we discussed today, highlights the many examples of our deepening cooperation from innovation and research to energy and education. Our ministers for European affairs, Peter BURKE and Laurence BOONE, will advance future work on the plan. And I'm really delighted today that Minister RYAN and his French counterpart, Minister PANNIER-RUNACHER, are signing a joint declaration of intent on renewable energy cooperation. The Celtic electricity interconnector between France and Ireland is now advanced, and I hope we'll see a second interconnector to France in the coming years. We're going to leaders. I also welcome the way in which we now step in to help each other when difficulties arise. Recently, ESP workers were seconded to Brittany in the aftermath of Storm Ciaran to help restore power lines there. We also took some time to discuss shared EU challenges. We agreed that Europe needs to improve its (inaudible) and resilience, to aid startups, to accelerate green and digital transitions and also, when responding to what is a very unstable and very uncertain world. We reiterated our shared unwavering support for Ukraine and its people as they face into a second winter of this terrible war. We’ll continue to

provide Ukraine with the financial, practical and political support it needs until victory. We also discussed the deepening humanitarian crisis in Gaza. We urgently need a cease fire that can allow for supplies desperately needed and that can allow EU passport holders that want to to leave safely. We also discussed the hostage situation and hostages must be released immediately without precondition. Ultimately (coupure audio) through a renewed political process leading to a two-state solution, both secure and both viable. Global and regional leaders need to put their full weight behind securing such an outcome, and I welcome the leadership shown by President MACRON in recent weeks. The international community has neglected this conflict since 2008 and that has been a terrible mistake. On this and on other challenges we face, Ireland and France will continue to work together, both as friends and allies. Thank you very much.

Elisabeth BORNE

Merci Monsieur le Taoiseach. Mesdames et messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs les parlementaires, Messieurs les ambassadeurs, Mesdames et Messieurs. Je suis très heureuse d'être de retour en Irlande et je tiens à vous remercier Monsieur le Taoiseach, cher Leo VARADKAR, pour votre invitation. Nos deux pays partagent une amitié forte et historique et nous aurons l'occasion de l'évoquer dans quelques instants en célébrant les 225 ans de L'année des Français et notre attachement commun aux valeurs républicaines. Ma visite aujourd'hui répond à plusieurs objectifs. Le premier, c'est de faire valoir les valeurs démocratiques que nous partageons et qui sont au cœur du projet européen. Il y a un lien dans l'histoire de nos deux pays, en particulier l'année 1798, L’année des Français comme on l'appelle ici, a été un marqueur essentiel de la construction de la République irlandaise. La démocratie, la liberté, l'état de droit, toutes ces notions ont forgé l'amitié franco-irlandaise. Ces valeurs, nos deux peuples les ont en partage et nous continuerons à les porter ensemble, notamment au sein de l'Union européenne et sur la scène internationale. Nous en avons parlé tout à l'heure, Monsieur Taoiseach, tout comme la secrétaire d'État chargée de l'Europe, Laurence BOONE, a pu le faire avec son homologue pour marquer de nombreuses convergences de vues sur l'avenir de l'Europe. France et Irlande, nous œuvrons ensemble à rendre l'Europe plus forte, plus politique, plus proche des aspirations de nos concitoyens. L'Europe nous protège et doit nous permettre de gagner notre autonomie et dans les domaines stratégiques. L’Europe nous protège et elle seule nous permettra de relever les grands défis devant nous : la transition écologique, la souveraineté énergétique, la question migratoire ou la régulation du numérique L'Europe nous protège et c'est elle qui permet de faire valoir la liberté et la démocratie. Alors que des échéances importantes approchent pour l'Union européenne, nous devons plus que jamais défendre nos convictions, défendre la construction européenne face aux partisans de l'isolement et de l'affaiblissement. Rompre avec l'Europe, c'est rompre avec nos valeurs. Et c'est avec un partenaire comme l'Irlande qui partage nos combats, nos convictions et notre vision pour l'Union européenne que nous devons mener ce combat. Avec Leo VARADKAR, nous avons également eu l'occasion d'évoquer ensemble les questions internationales, en particulier la situation au Proche-Orient depuis les attaques terroristes du Hamas le 7 octobre en Israël. Cette attaque a fait plus de 1 200 victimes, dont 40 français, 8 d'entre eux demeurent disparus, plusieurs étant sans doute otages du Hamas. Autour du président de la République, nous sommes mobilisés pour obtenir leur libération immédiate et sans condition. J'ajoute que les populations civiles palestiniennes ne doivent pas payer pour les crimes du Hamas. Face à l'ampleur du nombre de victimes et à la situation humanitaire dramatique à Gaza, nous appelons à une pause humanitaire et à œuvrer à un cessez-le-feu. Il faut tout faire pour permettre à l'aide étrangère d'entrer dans la bande de Gaza et répondre à l'urgence pour les populations civiles. Le seul chemin pour la paix passe par la relance d'un processus politique permettant de garantir la sécurité d'Israël et la création d'un État palestinien. C'est une position que nous partageons, Monsieur le Taoiseach, cher Leo VARADKAR. Nous avons également évoqué ensemble le conflit en Ukraine, où le soutien sans faille des Européens doit rester notre ligne directrice. La deuxième raison de ma visite, c’est de soutenir le développement du partenariat entre nos deux pays selon le plan d’action conjoint adopté en 2021. La France est le plus proche voisin de l’Irlande au sein de l’Union européenne. Ça n’est pas seulement une réalité géographique, c’est une ambition politique que nous mettons en œuvre par des actes. Un rapport public sur la deuxième année de mise en œuvre de ce plan d'action a été remis aux deux secrétaires d'État aux Affaires européennes. Et nous leur avons demandé de continuer à suivre avec attention la poursuite de la mise en œuvre de ce plan. Cher Leo VARADKAR, depuis la visite du président de la République en Irlande au mois d'août 2021, vous vous êtes rendu vous-même plusieurs fois en France et à Paris. Aujourd'hui, 4 ministres m'accompagnent pour mettre en application le plan d'action conjoint adopté en marge de la visite du Président, il y a un peu plus de deux ans. Je pense d'abord à l'énergie qui a été au cœur de nos discussions. L'Interconnecteur Celtique qui va relier Cork à Brest en 2027, sera notre première connexion directe, votre première connexion directe avec le continent. Cette connexion permettra à la France de participer à votre approvisionnement électrique avec une énergie décarbonée. Ce projet stratégique est une contribution concrète à la sécurité énergétique de l'Union européenne. Une déclaration conjointe sera signée par les ministres en charge de l'Énergie, Agnès PANNIER-RUNACHER et Eamon RYAN, pour fixer le cap de la densification de notre coopération en matière énergétique. Cette déclaration structurera le dialogue sur ce sujet entre nos deux gouvernements. La ministre de la Transition énergétique, Agnès PANNIER-RUNACHER se rendra cet après-midi sur le site de l’opérateur EirGrid, et se verra présenter des progrès d'un champ d'éoliennes offshore au large de Dublin, auquel participe EDF Renouvelable. Je pense également au partenariat que nous souhaitons nouer pour renforcer l'innovation. Je visiterai cet après-midi les locaux de l'incubateur Dogpatch Labs pour témoigner du soutien que la France et l'Irlande apportent à celles et ceux qui construisent jour après jour les champions de demain. Leur réussite est le garant de notre autonomie stratégique. Le ministre délégué chargé du Numérique, Jean-Noël BARROT, aura également l'occasion de rencontrer votre ministre de l'Entreprise, du Commerce et de l'Emploi, Simon COVENEY ; et les acteurs du numérique pour mettre en valeur les succès de la French Tech et réfléchir avec eux aux meilleurs moyens de structurer et de protéger une réelle tech européenne. Nous avons pour ambition de renforcer les liens franco6irlandais en matière de recherche fondamentale et d'entrepreneuriat, en particulier dans les domaines cruciaux que sont la deep tech et la green tech. La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Sylvie RETAILLEAU, pourra échanger sur ces points avec son homologue Simon HARRIS, et les acteurs de l'innovation universitaire. Et plus largement, les échanges entre nos deux pays se renforcent considérablement. J'en veux pour preuve les liaisons maritimes entre nos ports dont le nombre a quadruplé ces dernières années. J’avais porté cette dynamique en 2018 en tant que ministre des Transports. Je suis heureuse qu'elle œuvre au rapprochement entre nos peuples. Le jumelage et les partenariats se multiplient également. C'est le cas avec la Bretagne, la Normandie ou la ville de Dunkerque. Ce sont des signes forts que nous devons encourager. Mesdames et Messieurs, enfin, si j'ai tenu à répondre à votre invitation, Monsieur le Taoiseach, cher Leo VARADKAR, c’est bien sûr aussi pour rencontrer la communauté française en Irlande avec qui j’échangerai ce soir. Ce sont au total plus de 30 000 Français qui vivent ici, qui y travaillent ou qui y étudient grâce à la vitalité de notre coopération universitaire. La France est la première destination des étudiants irlandais en Erasmus et les jeunes Français constituent le premier contingent des étudiants Erasmus en Irlande. Je tiens une nouvelle fois, Monsieur le Taoiseach, cher Leo VARADKAR, à vous remercier pour votre invitation, votre accueil et celui de votre gouvernement. Cette visite est une nouvelle preuve de la force de l'amitié franco-irlandaise. Je vous remercie. (salutations en gaelic)

Journaliste

Bonjour madame, bonjour monsieur. Sur la guerre qui secoue le Proche-Orient, la position d'Emmanuel MACRON a évolué ces derniers jours. Il a soutenu le droit d'Israël à se défendre après l'attaque sanglante du Hamas, avant de demander au gouvernement NETANYAHOU de cesser les bombardements tuant les civils à Gaza. Dans ce contexte, est-ce que vous rejoignez, Madame BORNE, les propos de votre homologue irlandais quand il considère la riposte israélienne comme proche de la vengeance ?

Elisabeth BORNE

Je pense que la position française n'a pas varié et elle est partagée par l'Irlande, c'est-à-dire qu’à la fois nous condamnons les attaques terroristes contre Israël, les attaques du Hamas, nous affirmons le droit d'Israël à se défendre dans le respect du droit international humanitaire, nous appelons à des trêves humanitaires.

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction