Caserne de Caen : visite d’Élisabeth Borne

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 03/11/2023 |Modifié 03/11/2023

Au lendemain du passage de la Tempête Ciaran en Normandie, la Première ministre Élisabeth Borne a visité la caserne de Caen, aux côtés des sapeurs-pompiers, policiers, gendarmes, agents territoriaux et élus locaux le 3 novembre 2023.

Visite de la Première ministre Élisabeth Borne à la caserne de Caen
Caserne de Caen : visite d'Élisabeth Borne

Au lendemain du passage de la Tempête Ciaran en Normandie, la Première ministre a rencontré les sapeurs-pompiers de la caserne de Caen.

Élisabeth BORNE

J’ai tenu à me rendre ici à la caserne de sapeurs-pompiers de Caen dans mon département du Calvados pour remercier toutes celles et ceux qui se sont mobilisés depuis mercredi face à la tempête Ciaran. Cette tempête, elle est maintenant derrière nous, mais vous savez qu'il y a d'autres perturbations qui sont annoncées. On déplore deux victimes décédées et puis on a 47 blessés. Donc tout d'abord, moi, je tiens à dire tout mon soutien, toute ma solidarité aux victimes, à leur famille et à leurs proches. La tempête, elle a également causé des dégâts matériels importants et on a eu jusqu'à 1,2 million de foyers qui ont été privés d'électricité, ce qui veut dire que le bilan est lourd, mais il aurait pu être beaucoup plus dramatique. Et si on a pu l'éviter, c'est grâce aux alertes, à la prévention et puis aussi à la responsabilité de nos concitoyens. C'est aussi grâce à la mobilisation exceptionnelle de nos sapeurs-pompiers, des services de secours qui ont réalisé près de 11 000 interventions depuis le début de cette tempête. Et comme j'ai pu le faire directement auprès des personnes mobilisées ici, je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui sont sur le pont depuis ces dernières heures pour venir en appui, en secours à toutes les personnes qui sont touchées par la tempête. Les services de l'État, ils sont désormais mobilisés aux côtés des collectivités pour reloger les personnes sinistrées, pour dégager les routes, pour rétablir les services publics essentiels et je voudrais notamment saluer les équipes d'Enedis. Vous savez qu'ils ont mobilisé 3 000 techniciens qui viennent dans les régions touchées par la tempête et qui ont déjà pu rétablir l'électricité de 700 000 foyers. Donc évidemment, moi, j'appelle chacun à rester vigilant d'abord parce qu'il y a d'autres perturbations qui sont annoncées et puis également, il peut y avoir des bâtiments fragilisés, des arbres qui menacent de tomber. On va maintenant suivre la réparation au plus vite de tous ces dégâts. Et avec les ministres, on s'assure que les assurances sont mobilisées pour réaliser les constats au plus vite pour que les réparations puissent se faire rapidement.

Journaliste

On l’a entendu, il y a eu beaucoup de préparation. Votre état d'esprit aujourd'hui malgré tout, c'est quand même peut-être du soulagement ?

Élisabeth BORNE

Alors, écoutez je pense qu'on a pu le voir, je pense que les consignes ont bien été entendues par nos concitoyens qui ont évité de sortir, qui sont restés à l'abri pendant la tempête et ça a certainement évité d'avoir un bilan plus lourd. Je pense qu'on peut effectivement noter avec satisfaction que les messages de prévention, que les alertes ont bien été maintenant reçus par nos concitoyens qui ont été très prudents pendant cet épisode.

Journaliste

Est-ce que vous pensez déclarer l'état de catastrophe naturelle ? Est-ce que c'est envisagé à l'issue de cette première ?

Élisabeth BORNE

Alors vous savez que ce qui est tempête, ça relève de l'assurance de chacun, c'est couvert par les assurances habitation. Il y a deux autres sujets, les submersions marines, qui peuvent relever de l'état de catastrophe naturelle et puis des calamités agricoles. Donc on va évidemment évaluer la situation et voir si c'est nécessaire de déclarer un état de catastrophe naturelle ou de calamités agricoles.

Le bilan est lourd, mais il aurait pu être beaucoup plus dramatique. Et si on a pu l'éviter, c'est grâce aux alertes, à la prévention et puis aussi à la responsabilité de nos concitoyens. C'est aussi grâce à la mobilisation exceptionnelle de nos sapeurs-pompiers, des services de secours qui ont réalisé près de 11 000 interventions depuis le début de cette tempête.

Élisabeth Borne

  • Première ministre

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !