7ème club des territoires de mise en œuvre accélérée du Logement d’Abord organisé à Arras, dans le département du Pas-de-Calais, le 29 novembre 2022

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 16/12/2022 |Modifié 16/12/2022

Près de 120 participants, représentant les collectivités et services déconcentrés des territoires de mise en œuvre accélérée du plan Logement d’Abord se sont réunis à Arras mardi 29 novembre à l’invitation de la Dihal et du département du Pas-de-Calais, en partenariat avec la Communauté Urbaine d’Arras et la DDETS 62. Des partenaires du Pas-de-Calais étaient également présents : associations d’accompagnement, SIAO, établissement public de santé mentale, ainsi que l’Union régionale de l’habitat des Hauts-de-France (représentant les organismes HLM).

Organisé pour la première fois de manière décentralisée sur un territoire de mise en œuvre accélérée du Logement d’Abord (le CD du Pas-de-Calais avait été retenu dans le cadre de l’AMI 1 en 2018 puis de l’AMI 2 en 2021 pour de nouveaux EPCI et la CU d’Arras également dans le cadre de l’AMI 1 en 2018), ce 7ème club des territoires du Logement d’Abord a été l’occasion pour la Dihal de dresser le bilan du 1er plan Logement d’Abord et d’évoquer les perspectives, mais aussi et surtout de mettre en lumière les actions menées dans le Pas-de-Calais et la CU d’Arras et d’ouvrir la discussion avec les autres territoires. Cette journée a ainsi permis de croiser les regards, les approches, les manières de faire qui permettent de faire progresser en continu la politique publique du Logement d’abord et de trouver des solutions aux situations des personnes sans domicile.
Le délégué interministériel Sylvain Mathieu a rappelé en introduction de cette journée que les 5 années du 1er plan Logement d’Abord avaient permis d’obtenir collectivement (Etat, collectivités, associations, bailleurs sociaux et les divers partenaires du champ de la santé, de l’emploi etc.) des résultats absolument inédits en termes d’attributions de logements sociaux à des ménages sans domicile, de création de place en intermédiation locative et en pension de famille ou encore de prévention des expulsions locatives. A titre d’illustration, depuis 2018 ce sont plus de 410 000 personnes sans domicile qui ont accédé au logement social ou au logement adapté. Un important investissement financier a été réalisé depuis 2018 pour soutenir les initiatives et innovations sur les territoires de mise en œuvre accélérée du Logement d’Abord et se poursuivra en 2023.
Sylvain Mathieu a également évoqué le deuxième plan Logement d’Abord qui a été annoncé par le ministre délégué chargé de la ville et du logement. Ce plan, qui est en construction et qui sera soumis à la concertation, s’inscrira dans la continuité mais avec une ambition forte sur des transformations structurelles.
Les quatre tables rondes organisées durant cette journée ont ainsi permis de faire avancer les réflexions sur plusieurs thématiques et enjeux du Logement d’Abord tels que la gouvernance et la coordination opérationnelle de l’accompagnement, la santé mentale, l’accompagnement et le logement des jeunes en situation de fragilité ou encore les pratiques d’intervention nouvelles (aller-vers en ville et en campagne, lutte contre l’isolement…)

Partager la page