7 mai 2018

La France est le premier pays au monde à instituer une journée, des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition

Le 10 mai est la journée de la commémoration de l'abolition de l'esclavage, une œuvre symbolisant la journée de commémoration de l’abolition de la traite négrière et de l’esclavage est exposée dans les jardins du Sénat.

Le 10 mai est la journée de la commémoration des abolitions de l'esclavage, la France est le premier pays au monde à instituer une telle journée, des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition.

Un monument a été créé par Fabrice Hyber "le cri, l'écrit" pour commémorer l’abolition de l’esclavage. Cette œuvre résulte d'une commande publique qui avait été annoncée le 10 mai 2006 par le Président de la République lors de la 1ère journée de commémoration de l’abolition de la traite négrière et de l’esclavage.

La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, ait déclaré la traite négrière et l'esclavage "crime contre l'humanité".

Selon les mots mêmes de Fabrice Hyber, auteur de cette sculpture exposée dans les jardins du Sénat, est en bronze polychrome de 3, 70 m de hauteur, l'œuvre constituée de trois anneaux soudés représentent un symbole :

Le cri c’est la marque de l’abolition de l’esclavage mais aussi la mise en garde contre l’esclavage moderne.

Le cri est de peur, de larmes mais aussi de joie.

Le cri est une métaphore de cet asservissement qui a été aboli par les textes.

Le cri c’est un dessin dans l’espace ; pour le jardin devant le Sénat, il fallait un écrit ! L’abolition de l’esclavage, c’est l’anneau de chaîne ouvert, l’anneau fermé c’est que tout peut recommencer, et le piétement c’est le retour aux racines, mais c’est aussi la Terre qui est un boulet...