Manuel Valls à Beauvais le 19 novembre 2014
19 novembre 2014 - Actualité

"Il n’y a pas de fatalité en matière de délinquance"

Au cours des douze derniers mois, le nombre de cambriolages en France a baissé de 4,3%, et le nombre de vols à main armée de 14,8%. Des résultats significatifs qui prouvent qu'il "n’y a pas de fatalité en matière de délinquance, et que nous devons donc continuer d’agir", a souligné Manuel Valls lors d'un déplacement à Beauvais.
 

Actes de délinquance : "les résultats sont là"


C'est à Beauvais dans l'Oise, département exemplaire en termes de résultats, que Manuel Valls a présenté, mercredi 19 novembre, les indicateurs de la délinquance en France. Des résultats significatifs obtenus par une stratégie double, mise en place depuis 2012 : la création dès juillet 2012 de zones de sécurité prioritaires, actuellement au nombre de 80, et le déploiement du Plan anti-cambriolages et anti vols à main armée en septembre 2013.
 
Dans la crise de confiance que nous vivons, il n’y a que les résultats qui peuvent redonner de la confiance dans l’action publique, et dans le domaine de la sécurité, où le doute existe bien évidemment, ce Gouvernement fait la démonstration que l’on peut obtenir des résultats.
Manuel Valls
A Beauvais, le 19 novembre 2014

Pour la première fois en 6 ans le nombre de cambriolages a diminué en France, de 4,3%, soit 10 000 résidences principales cambriolées en moins en l’espace d’un an. Le nombre de cambriolages avait augmenté de 51% entre 2008 et 2013.



Les résultats sont également particulièrement encourageants en ce qui concerne les vols à main armée : -14,8% au cours des 12 derniers mois. Une évolution d’autant plus notable que 2013 était déjà l’année la plus basse de la décennie avec 5 200 faits contre plus de 7 000 en 2009. Pour la première fois, depuis plus de 10 ans, le nombre de vols à main armée devrait donc tomber en 2014, a indiqué Manuel Valls, sous la barre symbolique des 5 000 faits.



Enfin les violences crapuleuses, c'est-à-dire l'ensemble des violences commises dans le but de voler, sont également en baisse, de 9,4% sur 1 an.



Pour Manuel Valls, "garantir la sécurité des Français c’est agir sans relâche. En matière de sécurité, comme dans d’autres domaines, il faut savoir être déterminé, opiniâtre, et c’est à ce prix que l’on obtient des résultats". Il faut donner à la police et à la gendarmerie les moyens d'agir : 405 policiers et gendarmes supplémentaires seront recrutés en 2015, comme ce fut le cas en 2014.
En savoir plus sur les moyens pour la sécurité



Ces bons résultats appellent cependant à la poursuite de l'action : les violences non crapuleuses ont augmenté de 3,2% au cours des 12 derniers mois, et la violence frappe souvent les plus faibles, les plus modestes.
 

Un plan anti-cambriolages et anti vols à main armée qui porte ses fruits
 



Depuis plusieurs années, l’explosion des cambriolages est au cœur de la montée du sentiment d’insécurité chez les Français. Il était donc nécessaire d'aller chercher les résultats là où c'était essentiel, et d'adopter une approche pragmatique. "C'est tout l'esprit du Plan anti-cambriolages et anti vols à main armée déployé en septembre 2013", lancé par Manuel Valls, alors ministre de l'Intérieur, et mis en oeuvre par son successeur à ce poste, Bernard Cazeneuve. Travail cartographique, patrouilles renforcées, prévention, actions contre les filières de recel, travail d’investigation sur les délinquants d’habitude ou la délinquance itinérante sont autant d'outils qui permettent d'obtenir des résultats dans la durée.

La démarche du Gouvernement repose sur 4 axes :
 
  • La répression, en veillant à améliorer le taux d’élucidation des faits commis et en ciblant prioritairement les délinquants d’habitude et les filières structurées, avec le concours indispensable et sous le contrôle de la justice ;
  • La dissuasion, en renforçant la présence sur la voie publique et en améliorant les mesures de sécurisation ;
  • La prévention, en mettant en place des dispositifs de sensibilisation et de vigilance auprès des professionnels particulièrement exposés ;
  • Le partenariat, en mobilisant tous les interlocuteurs des forces de sécurité, dont beaucoup sont présents ici aujourd’hui.
     
C'est ce même pragmatisme qui guide la mise en place des zones de sécurité prioritaires, qui permettent de répondre efficacement aux différentes formes de délinquance, au plus près des attentes des habitants, pour faire face aux trafics de drogue ou de voitures, aux violences urbaines, aux cambriolages. "Là encore, nous obtenons des résultats, et vous pouvez imaginer ma fierté 2 ans après le lancement de ce dispositif", a déclaré Manuel Valls.

"Nous démontrons, chaque jour, notre crédibilité et notre fermeté face aux phénomènes de délinquance", "et ce gouvernement continuera à le faire dans un souci de rassemblement, en dépassant les clivages", a-t-il conclu.
 
Déplacement de Manuel Valls dans l'Oise : l'essentiel