Photo du Premier ministre, prise le 4 octobre 2014 au Numa à Paris pour le lancement de la concertation nationale sur le numérique. Manuel Valls assis à côté d'Axelle Lemaire colle sur sa veste l'autcollant appelant à contribuez.
6 octobre 2014 - Actualité

#contribuez : "le numérique est une révolution pour nos vies"

Manuel Valls a lancé samedi 4 octobre la grande concertation nationale sur le numérique, dont il souhaite qu'elle vienne "bousculer" et aider l’État à réussir sa mutation en République numérique.
 
Manuel Valls a saisi le 4 septembre dernier le Conseil national du numérique pour organiser une concertation citoyenne sur les enjeux sociétaux et économiques liés aux transformations du numérique. Le Premier ministre, Axelle Lemaire et Thierry Mandon ont donné samedi 4 octobre depuis le Numa, à Paris, le coup d'envoi de cette consultation qui va durer jusqu'à fin janvier 2015. Elle doit permettre de nourrir le futur projet de loi sur le numérique, de contribuer à des changements non réglementaires et, surtout, de redéfinir la stratégie numérique de la France.


 

"une formidable source d'opportunités que nous voulons accompagner et renforcer"
 

"Le numérique ce n'est pas un phénomène que l'État subit. C'est d'abord une formidable source d'opportunités que nous voulons accompagner et renforcer et ce sujet concerne d’ailleurs tous les ministères." Pour Manuel Valls, la France n'est pas en retard en la matière : "J’ai eu l’occasion d’échanger beaucoup ces dernières semaines avec plusieurs grands acteurs du numérique mais aussi de nombreuses start-up, (...) tout le monde reconnaît le potentiel de la France, de ses atouts, de ses talents."

En plus d'être "une révolution pour nos vies", le numérique est aussi une opportunité de croissance économique. "Certains évaluent à 100 milliards d'euros le surcroît de PIB accessible d'ici 2020, si la France aligne sa progression sur des pays comme le Royaume-Uni ou la Corée du sud". Soit 5 points de croissance potentiels. Beaucoup d'efforts ont été faits depuis 2012 pour relever le défi de la croissance par le numérique : le plan France Très Haut Débit de 20 milliards d'euros, les douze plans numériques dans le cadre de la nouvelle France industrielle, la mission French Tech ...

"Nous avons fait progresser l’ouverture de données publiques, adhéré à l’Open Government Partnership et nommé un administrateur général des données", a ajouté le Premier ministre. Henri Verdier est à ce titre le premier "data chief officer" européen. Enfin, la France s'est hissée sur la première marche du podium européen en matière d'administration numérique. "Même s’il reste beaucoup à faire, c’est évident, l’Etat se modernise !"
 

"nourrir les positions de la France à l’échelle européenne et internationale"
 

La transformation numérique de l'État est justement l'un des 4 thèmes sur lesquels les Français sont invités à contribuer.

Pour l'heure, les consultations sont ouvertes sur les deux premiers thèmes : "Croissance, innovation et disruption" et "Loyauté dans l'environnement numérique". Puis, début novembre, s'ouvriront les deux autres plateformes : " La transformation numérique de l'action publique" et " La société face à la métamorphose numérique".

La concertation doit aussi permettre de formuler "des propositions pour nourrir les positions de la France à l’échelle européenne et internationale" a indiqué Manuel Valls.