Dessins symbolisant la politique d'ouverture des données publiques de la France
18 septembre 2014

Numérique et réforme de l'Etat

La France 1ère en Europe et 4e dans le monde pour l’administration numérique (ONU).
 
53% des Français paient désormais leurs impôts sur Internet. 86% des agriculteurs effectuent des demandes d’aide au titre de la PAC via Internet. En 2013, le site Légifrance a reçu près de 100 millions de visites et service-public.fr plus de 200 millions. Ces derniers mois, le Gouvernement a entrepris d’alléger, via le numérique, les charges administratives pesant sur les entreprises, notamment avec l’expérimentation "Marché public simplifié", qui propose de répondre à certains marchés publics en ne fournissant qu’un numéro de SIRET pour s’identifier. Une politique ambitieuse de mise à disposition libre et gratuite des données publiques a également été déployée : mises à disposition de la base de données publique des médicaments, des prix des carburants ou des aides publiques accordées à 17 pays étrangers.
Le Gouvernement fera du numérique l’instrument de la transformation de l’État. Cette semaine le Premier ministre nomme le premier administrateur général des données d’un pays européen. Il sera chargé de mobiliser les données publiques pour améliorer le service public. Enfin, la dématérialisation dans les relations avec les administrations va s’accélérer. D'ici un an, 100 % des démarches concernant l’État qui ne requerrant pas de présence au guichet seront réalisables en ligne. Le 15 octobre, le Gouvernement présentera les nouveaux services électroniques ou via smartphone mis en place par les différents ministères pour simplifier les démarches administratives des usagers.