24 juin 2016 - Actualité

"C’est cette méthode, la construction avec les territoires, qui guide notre action pour le Grand Paris"

Le Premier ministre a signé, le 24 juin 2016 à l’hippodrome de Ris-Orangis/Bondoufle, le premier contrat d’intérêt national (CIN). Ce contrat signé par l’État avec les communautés d’agglomération "Grand Paris Sud" et "Cœur d’Essonne", ainsi qu’avec les conseils départementaux de l’Essonne et de Seine-et-Marne, porte des engagements communs concernant les transports, le développement économique et la politique sociale.
 
Le contrat d’intérêt national (CIN), signé par le Premier ministre et les deux nouvelles communautés d’agglomération "Grand Paris Sud" et "Cœur d’Essonne", inaugure une série de 15 contrats d’intérêt national à venir qui définissent une stratégie de développement pour les territoires, pour donner corps au Grand Paris.
 
Nous avons enfin construit le Grand Paris politique. La métropole est née le 1er janvier 2016, en même temps que 19 intercommunalités nouvelles en grande couronne, plus grandes et plus fortes. Ces institutions qui émergent réunissent, au-delà des clivages, les élus de tous bords.
Manuel Valls
Le 24 juin 2016

LA porte sud du Grand Paris

C’est par le sud que le premier contrat d’intérêt national "va donner une entrée sur le Grand Paris qui concourt au rayonnement de la région et à l’attractivité de notre pays", a expliqué le Premier ministre. Un programme qui comprend une politique d’aménagement du territoire par le développement des transports, du tissu économique et de la mixité sociale.
 
"Un effort massif pour doter le territoire, en particulier l’Essonne, de transports performants et fiables" sera mis en oeuvre, a déclaré Manuel Valls. Ainsi, le CIN prévoit les modalités pour organiser le doublement du nombre de trains en direction et en provenance de Paris à l’heure de pointe sur le RED D, dès la fin 2018. Un renouvellement de l’ensemble des trains est également prévu à partir de 2020.
 
Le Pass Navigo à tarif unique a été mis en place le 1er septembre dernier. Manuel Valls a assuré que le Gouvernement travaillait "pour en assurer la pérennité. Au moment où le réseau francilien se développe, où plus de 100 km de lignes nouvelles sont créées, il faut garantir son financement. Ce sera fait, et, bien entendu, en bonne intelligence avec la présidente de région."

Sur le plan du développement économique, le Premier ministre a cité trois projets :
 
  • Le "Génopôle", un cluster de recherche sur la biologie de pointe composé de 82 entreprises et 19 laboratoires. Ce cluster servira de plateforme au programme national France Médecine Génomique 2025 sur l’utilisation du séquençage du génome entier dans la pratique clinique.
     
  • Le "cluster sport", avec un pôle d’excellence au sein duquel vont se structurer "autour des fédérations, des laboratoires de recherche et des acteurs économiques", a détaillé le Premier ministre, qui a aussi rappelé le projet de Grand Stade de rugby.
     
  • Le cluster drone civil : "c’est un projet global de développement que Cœur d’Essonne va mettre en œuvre, grâce à la cession des 320 hectares de la base, avec un projet de maraîchage biologique, des installations d’entreprise, et le maintien d’activités militaires de pointe."

Pour l'égalité des territoires

Le Gouvernement agit pour une véritable politique de peuplement des territoires. "Ce contrat d’intérêt national agit aussi pour ouvrir nos quartiers populaires, pour plus de mixité sociale", a déclaré le Premier ministre. Les CIN ont pour objectif d’identifier les lieux qui doivent bénéficier d’opération de rénovation urbaine. En 2015, 11 contrats de ville en Essonne vont d’ores et déjà permettre la requalification de l’habitat dégradé.  "L’État agit pour cela sur tous les fronts", notamment contre l’insécurité et la délinquance, avec la création des zones de sécurité prioritaires, mesures grâce auxquelles les violences urbaines ont régressé.
 
Ce contrat d’intérêt national montre la volonté de l’État et des élus locaux de travailler ensemble – c’est une démarche que nous avons amorcée il y a plus d’un an – pour un Grand Paris plus solidaire et plus attractif.
Manuel Valls
Le 24 juin 2016