3 juillet 2014 - Vidéo

Pacte de responsabilité : "la balle est dans le camp" du patronat concernant les contreparties

Lors des questions d’actualité au Sénat, le 3 juillet, le Premier ministre a estimé que la "balle est dans le camp" du patronat concernant les contreparties au Pacte de responsabilité attendues par le Gouvernement.
A quelques jours de la Grande Conférence sociale, le Premier ministre a assuré que "le dialogue social est plus qu'une méthode, c'est une condition de la réussite des réformes", précisant que le "choix du dialogue social n'est pas un choix de circonstance". L'objectif principal est, selon lui, de trouver les leviers pour développer l'emploi et redresser le pays en se mettant d'accord sur une feuille de route avec comme "maîtres mots :  l'emploi des jeunes, l'emploi des seniors, la formation et l'apprentissage".

Sur la question des contreparties prévues par le Pacte de responsabilité, le Premier ministre a  demandé aux organisations patronales de se mobiliser : "la balle est dans votre camp. Plus de postures, engagez-vous et respectez votre parole", a déclaré le Premier ministre en réponse à une question du sénateur socialiste Jean-Pierre Caffet.


Le Premier ministre est également revenu sur le compte pénibilité, de possibles changements au Code du travail et l'ouverture d'un débat sur les seuils sociaux des effectifs des entreprises. "N'ayons pas peur de mettre ensemble des projets sur la table, même s'ils sont difficiles", a-t-il proposé. "Ne nous focalisons pas sur les mots : parler des seuils, dans mon esprit, c'est parler de simplification. Mais c'est aussi chercher des moyens de donner à tous les salariés une représentation dans laquelle ils se reconnaissent", a-t-il expliqué. Et de conclure : "je crois au dialogue social et je suis convaincu que cette conférence sociale sera un moment important pour notre pays si chacun assume ses responsabilités. Le Gouvernement assumera complètement les siennes".
 

Liens secondaires