17 septembre 2014 - Vidéo

"J'ai désormais les moyens pour gouverner et pour avancer"

Au lendemain de sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale et du vote de confiance, Manuel Valls était l'invité de France Inter. Le Premier ministre est revenu sur les grandes orientations de son Gouvernement.

Préserver notre modèle social


Manuel Valls a rappelé que le défi de son Gouvernement est de "préserver le modèle social, garantir nos services publics, et c’est ce que nous faisons en affirmant par exemple la priorité à l’école […]. Nous augmentons le nombre de policiers, de gendarmes, de juges, parce que la sécurité et la justice sont des priorités, nous préservons les retraites des plus modestes, […] nous devons le faire en réduisant les impôts […] et en même temps, il faut maîtriser nos déficits et la dette."

Retrouver la confiance


Si le Gouvernement a demandé la confiance c'est "d’abord, parce qu’il y a une nouvelle donne européenne, moins de croissance, pas d’inflation, et cela pèse sur nos recettes", a précisé le Premier ministre. "Et ensuite, parce qu’il y avait eu une crise politique avec le départ d’Arnaud Montebourg et de Benoît Hamon", a-t-il ajouté. "Il fallait sortir de ce climat délétère, de ce questionnement permanent, et moi, je sais que j’ai désormais les moyens pour gouverner et pour avancer, dans la durée, jusqu’au bout du quinquennat, parce que les Français demandent un cap, demandent de la stabilité", a expliqué Manuel Valls.

Un message à tous les Français


Le Premier ministre a tenu à préciser que sa déclaration de politique générale s'adressait à tous les Français "y compris à ceux qui peuvent être tentés par le populisme" en ajoutant toutefois que les "populismes et l'extrême droite nous mènent dans le mur". Manuel Valls a souligné l'importance "de se retrouver autour des valeurs de la République" pour "ces Français qui se sentent oubliés, qui subissent les dégâts de la globalisation, qui ont le sentiment que dans leur territoire urbain ou rural, on ne s’occupe plus d’eux". Le chef du Gouvernement a ajouté : "nous devons être fiers de notre pays, parce que j’en ai assez, moi, de ce regard critique à l’égard de notre pays, déjà, à l’étranger, mais aussi chez nous."

Grève d'Air France


Interrogé par les auditeurs de France Inter à propos de la grève à Air France, le Premier ministre a appelé les pilotes de la compagnie à "arrêter ce conflit et de se mettre autour de la table, d'avancer". Une grève qui "n'est pas comprise", estime Manuel Valls.

Impôts sur le revenu


Interrogé sur les seuils concernés par la baisse d'impôt qu'il a annoncée la veille pour 6 millions de ménages l'an prochain, le Premier ministre a répondu : "la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu pourrait être supprimée". Il s’agit de la tranche à 5,5%. Manuel Valls a évoqué un "haut-le-coeur fiscal" chez les Français.