Manuel Valls lors de la réunion des maires de France, le 12 septembre 2015
14 septembre 2015

Accueil des réfugiés : de nouvelles places d’hébergement seront financées

Les maires de France étaient réunis, samedi 12 septembre, à la Maison de la Chimie, à Paris, pour une séance de travail relative à l'accueil des réfugiés en France. A cette occasion, Manuel Valls a rappelé que "la France accueillera, c’est sa responsabilité, son honneur, les personnes menacées, persécutées et torturées", et annoncé que "de nouvelles places d’hébergement seront financées" à cet effet.
 
Manuel Valls a tenu, ce samedi à La Maison de la Chimie, à remercier les nombreux maires de France qui participent à la mobilisation nationale en faveur de l'accueil des réfugiés, "36 000 maires qui démontrent (...) ce qu’est la grandeur de la République et de cette République des territoires et des élus". "Tous les maires n’ont pas pu venir, ils seront rassemblés pour beaucoup dans quelques semaines à l’occasion du congrès des maires. Hier j’étais en Midi-Pyrénées et beaucoup de maires et de maires ruraux, (...) sont prêts à s’engager", a précisé le Premier ministre, saluant "ce sens des responsabilités" que les citoyens attendent de leurs élus et du Gouvernement.



"Pour pouvoir mettre à l’abri les réfugiés, nous aurons besoin en retour de votre aide, nous l’État, les associations, les bénévoles. Sans relais dans les communes, sans aide pour mobiliser le foncier qui pourrait l’être, nous ne parviendrons pas à accueillir dignement les réfugiés", a expliqué Manuel Valls. Le 6 septembre 2015, Bernard Cazeneuve a adressé aux maires de France un courrier concernant la part que prend la France dans la crise migratoire actuelle. Le ministre de l'Intérieur y rappelle que 4 000 places de Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile ont été créées en 2013 et 2014, et 4 200 supplémentaires programmées pour 2015. Un dispositif renforcé en juin avec l'annonce de la création de 11 000 places d'hébergement supplémentaires pour être en mesure de proposer un accueil digne et adapté à chaque situation. En savoir plus

"Trois mois après les décisions de juin, de nouvelles places d’hébergement seront financées", a annoncé Manuel Valls devant les maires. "Il faut soutenir les communes courageuses, volontaristes, qui envisagent l’avenir avec générosité en s’ouvrant aux populations nouvelles" : le Gouvernement a donc décidé qu’un concours financier serait destiné aux communes qui se portent volontaires pour participer à la création de places d’hébergement supplémentaires. Un ensemble de dispositifs complémentaires  seront également déployés pour les propriétaires publics ou privés qui souhaiteraient contribuer à l’effort de solidarité : aide de l’Agence nationale pour l’Amélioration de l’Habitat, accès au mécanisme Solibail de cautionnement solidaire, fonds de soutien au financement de l’investissement pour les opérations lourdes de création de logements.



Il n'y aura "aucun effet de ricochet, aucune concurrence entre l’exercice de tous nos devoirs de solidarité", a assuré Manuel Valls, répondant ainsi aux craintes de certains acteurs associatifs qui s’inquiètent du risque d’épuisement des crédits pour le financement d’autres dispositifs d’accueil pour personnes vulnérables. "Les crédits indispensables seront débloqués dans les prochaines semaines, afin que le bouclage de l’année 2015 et le début de la saison hivernale se déroulent dans les meilleures conditions", a affirmé le Premier ministre.

Il reste, évidemment, essentiel de "lutter contre l’immigration irrégulière, et notamment ceux, les passeurs, les filières, qui l’organisent". Manuel Valls a rappelé que la réforme du droit d'asile a été adoptée avec l'objectif de raccourcir les délais, "un élément fondamental si nous voulons faire vivre et préserver ce droit universel qu’est le droit d’asile". "L’autre condition, et c’est le sens du schéma d’accueil des demandeurs d’asile, c’est que les déboutés de ce droit d’asile soient reconduits à la frontière", a précisé le Premier ministre.
 

 
Ce que je voulais vous dire, au nom du Gouvernement, c’est de rester mobilisés, c’est de compter sur notre engagement. Le Gouvernement, bien évidemment, se tient à votre disposition, à la disposition des élus qui s’engagent, pour répondre à vos questions et pour vous aider. Mais je suis sûr qu’aujourd'hui nous avons franchi une étape pour rendre la France plus forte, plus solide et plus généreuse.
Manuel Valls
Le 12 septembre 2015, à la Maison de la Chimie