Les réserves de cyberdéfense

La réserve citoyenne de cyberdéfense est constituée de bénévoles et a pour objectif de sensibiliser la Nation aux enjeux de la cyberdéfense. La réserve opérationnelle de cyberdéfense est un réservoir de forces mobilisable en cas de crise majeure sur le territoire national.

La réserve citoyenne de cyberdéfense


La réserve citoyenne de cyberdéfense (RCC) est une branche de la réserve citoyenne nationale qui a pour mission principale de contribuer à la diffusion de l'esprit de défense et au renforcement du lien armées-Nation. Elle est constituée de volontaires agréés auprès d'autorités militaires en raison de leurs compétences, de leur expérience, mais aussi de leur intérêt pour les questions relevant de la défense nationale. Les réservistes citoyens sont des collaborateurs bénévoles du service public qui ont choisi de servir en faisant bénéficier la défense de leur expertise et de leur connaissance du tissu socio-économique sans faire du métier des armes leur profession.

La sensibilisation à la cyber-sécurité est indispensable pour protéger notre souveraineté. Ainsi, la RCC a pour objectif de sensibiliser la Nation aux enjeux de la cyberdéfense. A ce titre, elle crée un lien avec les citoyens, et en particulier avec les acteurs économiques et industriels, qu’ils soient de grands groupes ou des PME/PMI, les relais d’opinion, les think-tanks, les milieux universitaires et la représentation nationale. Depuis plus de deux ans, la RCC mène des actions de sensibilisation et d’information, définies et conduites en coordination-accord avec les institutions de l’Etat en charge de la cyber-sécurité de notre pays (pas de rôle en cas de cyberattaque de grande ampleur).

Elle est aujourd’hui présente  dans 5 régions (Ile-de-France, Bretagne, Nord-Pas de Calais, Alsace, Provence-Alpes Côte d’Azur…)


La réserve opérationnelle de cyberdéfense


Le Pacte défense cyber de 2014, prévoit de développer une réserve de cyberdéfense « à vocation opérationnelle » pour assister l’État et les armées en cas de crise majeure : « Constituée de jeunes professionnels ou d’étudiants, elle pourrait intervenir, encadrée par des spécialistes du ministère de la Défense, du ministère de l’Intérieur et de l’ANSSI, pour rétablir les systèmes attaqués. Les jeunes impliqués dans cette réserve cultiveraient de façon pratique le lien armée-Nation en servant directement les intérêts de la Nation et bénéficieraient d’une formation et d’une expérience uniques. Ce projet sera développé en coopération étroite avec l’ANSSI et la Gendarmerie nationale» (extrait de l’action 49).

La réserve comprendra 4440 personnes en 2019, soit quarante postes permanents (dont une vingtaine en région et outre-mer), 400 réservistes opérationnels (dont 200 en région et outre-mer) et 4000 réservistes citoyens mobilisables sur l’ensemble du territoire national. Cette réserve a pour vocation à intervenir principalement non seulement sur les réseaux du ministère de la Défense mais également au profit des OIV (opérateurs d’importance vitale), des administrations et de leurs sous-traitants. Une minorité des réservistes sera identifiée et habilitée pour pouvoir intervenir sur des réseaux classifiés et sensibles.
 

S’engager

 
Les réservistes citoyens,  collaborateurs bénévoles du service public, sont tous liés à la cyberdéfense dans leur vie professionnelle et se sont engagés pour mettre leur expertise au profit de la protection du pays. Ils ont des profils variés offrant à la réserve un large panel de compétences aussi bien en ingénierie, qu’en droit, management, R&D.