Adopter les bonnes pratiques numériques en toutes circonstances

La circulation de l’information est un élément essentiel pour la bonne gestion des crises. En plus de la radio et de la télévision, les médias sociaux démultiplient la manière dont elle peut être diffusée entre les services de l’État et les citoyens.

Les médias sociaux, nouveaux leviers d’action en situation de crise


Quelques exemples






Aujourd’hui, lors d’un accident d’origine naturelle ou technologique, ou tout incident engageant les forces de sécurité, chaque citoyen est en mesure de créer, de relayer et d’amplifier les informations qui circulent sur les différents réseaux sociaux et le web en général. En corollaire, la diffusion d’informations erronées ou de nature à informer des acteurs mal intentionnés peut altérer la gestion de la crise, retarder voire empêcher le bon déploiement des équipes de secours et faire courir des risques supplémentaires aux citoyens et intervenants.
 

Médias Sociaux pour la Gestion des Urgences : ayez les réflexes citoyens !

 
  • Informez-vous en temps réel et faites un tri pertinent dans ce qui circule sur les médias sociaux.
  • Soyez responsables, diffusez et relayez des informations officielles ou fiables, utiles et non dangereuses pour les victimes, intervenants et sauveteurs.
  • Soyez citoyens, aidez les acteurs des secours en leur donnant des informations du terrain.
Retrouvez les réflexes citoyens sur SIGLab.
 

Être informé, avant la catastrophe


Accédez à des informations vérifiées. Il est recommandé de suivre les comptes officiels de l’État sur Twitter et Facebook. Ce sont des sources officielles, en mesure de diffuser des informations validées et les consignes de sécurité adéquates. N’hésitez pas à relayer leurs messages préventifs. Sur ces comptes, l’information aura été vérifiée. Même si elle est publiée plus tardivement que sur d’autres comptes, elle sera plus fiable.

Suivez dès à présent :
  • Les services de proximité : préfecture de votre département @prefXX – Sapeurs-pompiers (SDIS) ;
  • Les services du ministère de l’Intérieur : @Gendarmerie - @PNationale - @Place_Beauvau - @prefpolice ;
  • Les comptes des ministères et de @gouvernementFR ;
  • Les comptes des partenaires de l’État et des principales institutions, associations et organisations non gouvernementales fiables : votre mairie, votre département, la Croix Rouge locale, VISOV: Volontaires internationaux en soutien opérationnel virtuel. (cf. infra).
 

Agir de façon responsable, pendant la crise


Chassez la rumeur ! Relayez uniquement les messages validés, dont vous êtes sûr, provenant de comptes que vous connaissez et dans lesquels vous avez confiance. Évitez absolument la propagation de rumeurs. La diffusion d’informations non confirmées et potentiellement inexactes peut notamment ralentir le déploiement des secours et mettre des vies en danger. Le fait de vérifier vos sources plutôt que de relayer immédiatement une « information »  peut souvent aider les services de secours dans leurs missions.

Évitez d’utiliser votre téléphone portable pour des appels ou la transmission de SMS, et préférez les réseaux filaires pour téléphoner ou transmettre des messages par mail ou sur les réseaux sociaux pour prévenir vos proches et les rassurer. Ainsi, vous laisserez les réseaux de téléphonie portable libres pour les appels d’urgence. Si vous détectez une personne en difficulté ou une situation d’urgence, composez en priorité le 18 ou le 112, afin de prévenir les secours et d’engager leurs interventions. Dans certaines circonstances, un ou plusieurs numéro(s) de téléphone dédié(s) peuvent être mis en place par les pouvoirs publics. Contactez-les en priorité et suivez alors les consignes qui vous sont données.

En fonction des crises, il arrive aussi que les pouvoirs publics communiquent sur d’autres numéros de téléphone à contacter en priorité. Suivez alors les instructions données, et diffusez-les.

Dans le cas d’une attaque terroriste, si vous détenez une information importante pour les autorités, si vous avez une photo ou un film d’un événement majeur, ne les diffusez pas sur les réseaux sociaux (car les groupes terroristes y sont présents et actifs) mais adressez-la directement aux services de police en composant les numéros de téléphone communiqués par les autorités publiques ou le 17.
 

Être citoyen et renforcer l’action de l’État au service des sinistrés


Lorsque votre sécurité est assurée, signalez sur les réseaux sociaux les éléments de votre environnement qui peuvent être pertinents pour les secours. Une route impraticable, le niveau de montée des eaux, la chute d’un poteau électrique, un bâtiment qui menace de s’effondrer, sont autant d’informations qui, une fois connues des services de secours, peuvent leur permettre d’agir efficacement et de façon ciblée. Attention toutefois à ne pas vous mettre en danger pour aller prendre une photo. Votre priorité doit toujours être de vous mettre à l’abri, pas de poster une image sur un réseau social !

Parmi les acteurs de cette citoyenneté numérique, VISOV - Volontaires internationaux en soutien opérationnel virtuel - est une association qui intervient en appui technique ou méthodologique d’une organisation de gestion de crise. Elle agrège les informations disponibles sur les réseaux sociaux, en assure le partage massif afin de soutenir les populations sinistrées, et les rend utiles pour les autorités. Spécialiste de l’éducation aux risques, l’association apporte également une assistance aux sinistrés, délivre des consignes à la population, etc. via les médias sociaux.

Elle est composée de membres bénévoles de différents horizons tels que secouristes, sapeurs-pompiers, opérateurs en gestion de crise.

Retrouvez l’association sur :