25 juillet 2016 - Vidéo
Contenu publié sous le Gouvernement Valls III du 11 Février 2016 au 06 Décembre 2016

Manuel Valls : "Le doute n'est pas possible face au terrorisme"

Invité de BFMTV, le 25 juillet 2016, le Premier ministre a appelé le pays à l’unité pour lutter contre le terrorisme. Face à la menace qui va "durer plusieurs années", il a appelé les Français à faire preuve de résilience et à prendre conscience d’un nécessaire changement de la culture de la sécurité.
"Le doute n’est pas possible face au terrorisme", a affirmé Manuel Valls sur BFMTV, lundi 25 juillet 2016. Le Premier ministre appelle à "l’unité pour le Gouvernement (…) pour faire bloc contre le terrorisme" et demande aux Français mais aussi aux "responsables politiques qui dans ce pays sont des hommes et des femmes modérés, qui sont attachés à l’État de droit, qui sont des républicains, qui sont gênés, dégoûtés comme moi par ces polémiques (...) de faire preuve encore une fois de responsabilité".
 
Face à la menace terroriste permanente, Manuel Valls a rappelé avec force que "nous sommes en guerre. (…) Chaque mot me coûte, nous pouvons encore connaître de nouveaux attentats, de nouvelles victimes innocentes  même si nous sommes mobilisés et que nous faisons tout, bien évidemment, pour éviter des attentats. (…) Le risque zéro n’existe pas, même si nous sommes mobilisés à 100%", a-t-il affirmé.
 
Les attentats ne proviennent pas que de l’extérieur, de Syrie ou d'Irak où sont préparés des attentats contre la France, mais peuvent aussi être programmés à l’intérieur des frontières, de la part "de plusieurs milliers d’individus radicalisés qui peuvent, pour certains, passer à l’acte, et c’est ça qui est le plus difficile à combattre". Des "gens qui veulent mourir en commettant l’horreur", à l'image de l'attentat de Nice dont l'auteur n’était pas connu des services de renseignement.
 
Face à ce "défi redoutable [qui] va durer plusieurs années ", le Premier ministre a appelé les Français à faire preuve de "résilience, c’est-à-dire la capacité à faire face au terrorisme" et à "changer notre culture de sécurité, à être dans la vigilance (…), la capacité à faire face à un attentat, dans les écoles, les espaces publics".

Manuel Valls a également rappelé que trois réunions ont été tenues avec "la police nationale et la police municipale" pour préparer la sécurité des festivités du 14 juillet, sur la base de celles relatives au carnaval de Nice et à l’Euro de football 2016. A la suite des accusations portées par une policière municipale de Nice, il a souligné qu’une enquête était en cours, "sous l’autorité de la justice avec des magistrats instructeurs indépendants." Pour le Premier ministre, la "vérité […] doit éclater. C’est la force d’une démocratie".
 
"Je sais quelque chose, c’est que je ne peux pas avoir de doute là où je suis, c’est que je dois faire preuve de la plus grande détermination, pour écraser Daesh, pour en finir avec ce terrorisme. C’est une guerre de longue haleine, mais je veux dire à mes compatriotes que nous la gagnerons, parce que nous sommes déterminés. Mais pour la gagner, il faut être fort, il faut aimer sa démocratie, il faut aimer nos valeurs, il faut s’inspirer de principes", a conclu le Premier ministre.