Manuel Valls devant le congrès de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles
26 mars 2015 - Actualité

"La France peut être fière de son agriculture. Elle doit surtout être reconnaissante envers tous ses agriculteurs"

Manuel Valls a assisté, le 26 mars, au 69e congrès de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) à Saint-Étienne. Après avoir adressé un message de confiance à l’ensemble des agriculteurs, il a détaillé l’action du Gouvernement pour soutenir le secteur et accompagner l’évolution des métiers.
 
Accompagné de Stéphane Le Foll, le Premier ministre a  salué le travail des  agriculteurs, insistant notamment sur les conditions difficiles de leurs métiers. Lors de cette troisième rencontre avec le monde agricole, après le congrès des Jeunes agriculteurs en septembre 2014 et le Salon de l'agriculture le mois dernier à Paris, le Premier ministre a rappelé la nécessité "de construire l’agriculture de demain, toujours avec le souci du dialogue."
 
"L'agriculture de demain saura mieux lier performance écologique et économique"
 

L'accès au préfinancement du CICE sera facilité


"Le  Gouvernement est à votre écoute et à vos côtés pour accompagner l’évolution de vos métiers", a-t-il poursuivi, précisant qu’il n’ignorait rien des difficultés et des inquiétudes qui pèsent sur le secteur.  Les initiatives collectives des agriculteurs sont désormais soutenues grâce à des structures adaptées comme : les GAEC, les coopératives ou encore les GIEE (*). "Autant d’outils à saisir pour mieux concilier compétitivité et vie familiale. Il y va de l’attractivité de vos métiers pour la jeunesse française", a expliqué Manuel Valls.
 


Quant aux interrogations de la profession sur la mise en œuvre de la réforme de la PAC, le Premier ministre a rappelé l’importance de continuer à bénéficier d’une politique commune  de l’Europe. "Nous agissons à l’échelle des territoires et du pays. Nous agissons également à l’échelle de l’Europe pour défendre vos intérêts car il ne peut y avoir de secteur agricole compétitif sans concertation européenne. Et la France fait entendre sa voix à Bruxelles et avec force car elle doit défendre ses exigences de qualité dans les négociations commerciales internationales", a-t-il expliqué.
 
Evoquant le report de la date limite pour déposer les dossiers PAC, Manuel Valls a promis que les aides européennes seraient versées dans les délais prévus. "Ce décalage de calendrier ne remettra pas en cause, ne peut pas remettre en cause le paiement des aides avant la fin de l’année ni le versement des avances. J’en prends l’engagement". 

Pour favoriser les investissements dans les exploitations agricoles, Manuel Valls a également promis "d'alléger les procédures, aujourd'hui trop lourdes et trop longues" préalables aux installations et innovations. "Je pense par exemple aux études d'impact. Et puis, ces normes doivent être alignées. Elles devront être alignées sur les standards de nos voisins européens dès la fin de cette année", a-t-il  annoncé.

Deuxième mesure en faveur de l’investissement : l’accès des agriculteurs au préfinancement du CICE et aux prêts bancaires sera facilité, grâce à un dispositif de garanties publiques. Enfin, une mesure  en faveur de l’innovation a été annoncée : la création d’un comité stratégique de filière "agro-équipements" au sein du Conseil national de l’Industrie.
 

Lutter contre le sentiment d’abandon des campagnes


"Je voudrais l’affirmer aujourd’hui devant vous : ce n’est pas parce que vous habitez loin des grandes villes que vous devez habiter loin des services publics ! Aussi, nous avons travaillé à la mise en œuvre de solutions pragmatiques, partout sur le territoire", a rappelé le Premier ministre. Plusieurs mesures ont été prises lors du comité interministériel consacré aux ruralités du 13 mars dernier  :  
 
  • un meilleur réseau de soins sera mis en place avec, notamment, la création, en 2015, de 200 maisons de santé supplémentaires implantées dans des communes faisant partie du réseau de bourgs-centres ;
  • le développement des maisons de services au public avec l’accès en un seul endroit à des services tels que la CAF, EDF, SNCF pour simplifier la vie des usagers. D’ici à 2016, 1 000 maisons de services au public seront créées ;
  • le déploiement des réseaux numériques et de la 3G vise à résorber les zones dites blanches (2G) d’ici à 2016. 

"Les ruralités, avec toute la diversité des paysages, des métiers, des traditions, sont autant de chances pour la France"

Manuel Valls a présidé, vendredi 13 mars à Laon (Aisne), un comité interministériel consacré aux ruralités. A cette occasion, il a... [Lire la suite]
vendredi 13 mars 2015


(*) Issus de la loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014, les groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) permettent aux agriculteurs d'un même territoire de construire un projet commun à vocation économique et environnemental.