Comité interministériel aux ruralités à Laon
13 mars 2015 - Actualité

"Les ruralités, avec toute la diversité des paysages, des métiers, des traditions, sont autant de chances pour la France"

Manuel Valls a présidé, vendredi 13 mars à Laon (Aisne), un comité interministériel consacré aux ruralités. A cette occasion, il a présenté une cinquantaine de mesures concrètes, issues des Assises des ruralités, pour replacer les campagnes au cœur du projet pour la France et lutter contre le sentiment d'abandon que peuvent ressentir leurs habitants.
 
Depuis 50 ans, les espaces de faible densité, qui étaient ceux de la France rurale de l’après-guerre, se sont largement transformés. Les Français ne sont plus que 5 % à habiter des communes en dehors de l’influence des villes. Ces nouvelles ruralités sont "autant de territoires d’avenir. Un avenir auquel l’État, les services publics doivent contribuer pleinement".

Les Assises des ruralités, c'est quoi?

Le Gouvernement présente ce vendredi 13 mars, à l’issue d’un comité interministériel, des mesures en faveur des territoires ruraux... [Lire la suite]
vendredi 13 mars 2015


Lancées en septembre 2014, les Assises des ruralités, qui se sont formalisées par 7 ateliers d'octobre à décembre sour l'égide de Sylvia Pinel, ont permis de montrer les nouveaux visages de nos campagnes, d’esquisser des premières réponses concrètes et de redéfinir les principes qui doivent guider les politiques publiques dans les ruralités :
 
  • refuser toute opposition entre les territoires et n’en abandonner aucun,
  • responsabiliser les territoires.
     
Après le temps de l’écoute, de la réflexion, des premières initiatives vient aujourd’hui le temps de l’action. Une action pour réparer, chaque fois que la promesse d’égalité n’est pas tenue. Une action aussi pour replacer nos campagnes au cœur de notre projet pour la France.
Manuel Valls
Le 13 mars 2015
 

garantir à tous un accès égal aux services publics
 



L'égal accès de tous aux services publics passe en premier lieu par la lutte contre les déserts médicaux. "Nous devons rendre les territoires ruraux plus attractifs pour le personnel médical", a souligné Manuel Valls. Le Gouvernement a commencé à agir en ce sens. Ainsi, 600 maisons de santé regroupent déjà en un seul endroit plusieurs
200
maisons de santé supplémentaires seront créées en 2015.
disciplines médicales. Pour les médecins, c’est une incitation à s’installer dans ces territoires. Pour les patients, c'est un accès plus facile aux médecins spécialistes. Le Premier ministre a annoncé la création, en 2015, de 200 maisons de santé supplémentaires implantées dans des communes faisant partie du réseau de bourgs-centres. Le financement de l’investissement des maisons pluridisciplinaires de santé sera une priorité d’utilisation des crédits de la dotation d’équipement des territoires ruraux, augmentés de 200 millions d’euros en 2015.

Afin d'encourager et de faciliter l'installation des jeunes médecins, le nombre de contrats d’engagement de service public (CESP) sera doublé. 881 étudiants ou internes ont opté, en 2014, pour le versement d’une bourse en contrepartie de l’engagement à s’installer dans un "désert médical". Enfin, l’accès aux soins urgents en moins de 30 minutes sera une réalité en 2015 pour 1 million de personnes en plus, grâce notamment au développement des médecins correspondants du SAMU, qui sera multiplié par quatre entre 2012 et 2015 (de 150 à 600).

1 000 maisons de services au public seront mises en place d'ici 2016, selon l'objectif du Gouvernement, grâce à un partenariat avec La Poste. Elles accueilleront différents services : Pôle Emploi, la Caf, les réseaux nationaux énergétiques et permettront de simplifier considérablement la vie des usagers.
 
Manuel Valls a rappelé qu'il existe, en France, une école primaire dans deux communes sur trois. Pour inscrire dans la durée la présence de ces écoles, des conventions pluriannuelles seront conclues avec les élus locaux. Mais il s'agit, a souligné le Premier ministre, de leur donner des moyens supplémentaires. Ainsi, le soutien au développement de l’accès au numérique pour les écoles et les établissements des territoires ruraux sera amplifié. Il favorise l’ouverture de l’école sur le monde et répond particulièrement bien aux enjeux d’isolement et de fracture numérique.
 

développer les territoires ruraux


Afin de permettre aux territoires ruraux de conduire leur propre développement, une Agence de développement économique sera créée pour soutenir l’initiative et le développement économique.

 
"Il n’y aura plus de zones blanches en France"
L'accès au numérique est un impératif pour l'attractivité. "La fracture territoriale, c’est aussi la fracture numérique". Le Plan Très Haut Débit, plan massif sans comparaison avec ce qui a pu être mené au cours de ces dernières années et avec ce qui est parfois engagé en Europe, est aujourd’hui en cours de déploiement. Il représente un investissement de 3,3 milliards d’euros de l’État et concerne déjà 86 départements, dont 4 départements d'outre-mer.

"Nous agissons également pour le réseau de téléphonie" a rappelé Manuel Valls, autour d'un principe simple : "On doit pouvoir téléphoner partout où l’on réside". Le programme national de résorption des zones blanches (2G) est pratiquement achevé puisque seulement 75 communes restent à traiter sur les 3 310 communes de ce plan. L’ensemble des communes de France seront ainsi couvertes d’ici à la fin de l’année 2016, en 2G mais aussi en 3G. "Il n’y aura donc plus de zones blanches en France".
 

Assurer la mise en réseau des territoires
 

La croissance démographique dans la France rurale de 2015 est forte et plus rapide, souvent, que celle du reste de la population française. "Cette évolution est historique. Elle fait émerger une nouvelle géographie de la France rurale que nous devons accompagner", a souligné Manuel Valls.

Le Gouvernement a ainsi engagé une nouvelle génération de contrats de Plan État-région, avec pour objectif d’investir dans les régions mais aussi avec les régions dans une logique de partenariat. "Ces contrats de Plan doivent garantir le développement de tous les territoires. C’est l’objectif de leur volet territorial qui réunit près de 2 milliards d’euros de crédits de l’État et des régions", a-t-il précisé.
 
Les bourgs-centres, ces localités à mi-chemin entre le village et la ville, jouent un rôle essentiel dans les territoires ruraux.  Il est donc important de s'appuyer sur eux pour bâtir un maillage équilibré du territoire. Leur revitalisation (commerces, artisanat, habitat, tourisme) sera par conséquent un axe majeur de la politique d’aménagement du territoire.

La relation entre les villes et les campagnes est encore trop déséquilibrée. Des contrats "ville-campagne" seront expérimentés  entre des communes et des intercommunalités volontaires :
 
  • Métropole de Lyon et Aurillac ;
  • Métropole de Brest et Centre-ouest Bretagne ;
  • Métropole de Toulouse et Massif des Pyrénées ;
  • Communauté urbaine de Le Creusot – Montceau les Mines et PNR du Morvan.
Une extension de ces contrats à d’autres territoires volontaires sera ensuite proposée fin 2016.