30 juin 2016

"Transformer l’habitat, rénover les logements, reconvertir les cités, c’est changer le visage d’un territoire"

Manuel Valls était à Lens, dans le Nord-Pas-de-Calais, le 29 juin 2016, pour annoncer le lancement de la mission confiée à Jean Louis Subileau, Grand Prix de l’Urbanisme. L’objectif : créer un projet dans le cadre d’une démarche globale d’aménagement du bassin minier dans le Nord-Pas-de-Calais. L’occasion pour le Premier ministre de rappeler l’importance historique de cette région et son potentiel économique.
 
"La France doit tant au Pas-de-Calais. Trois siècles d’industrie ; autant de générations de femmes et d’hommes qui ont été les artisans du développement, de la modernisation de notre pays", a déclaré Manuel Valls le 29 juin 2016, rappelant l’importance de la région dans l’histoire de la France et notamment dans les luttes syndicales, sociales et politiques, où les valeurs de solidarité et de fraternité prennent pleinement leur sens.
 
"Aujourd’hui encore, malgré les efforts, malgré la mobilisation continue des pouvoirs publics, des élus, ce territoire fait face à des difficultés : restructurations industrielles, usines qui ferment", a rappelé le Premier ministre. "Le taux de pauvreté, le taux de chômage sont trop élevés, supérieurs à la moyenne de la région."
 
Pourtant, la région possède de nombreuses ressources et un potentiel à exploiter : un taux de création d’entreprises élevé, la montée en puissance de nouvelles filières, liées notamment à l’économie numérique avec des start-up innovantes. "C’est côte à côte, main dans la main, que les régions et l’État doivent agir", a-t-il affirmé, rappelant que régions et État œuvrent actuellement de concert dans le cadre du plan de 500 000 formations pour les demandeurs d’emploi.
 
"Le sens du  projet de loi Égalité-Citoyenneté porté par Patrick Kanner et Emmanuelle Cosse, c’est faire en sorte qu’aucun territoire, qu’aucun citoyen ne se sente relégué, abandonné. C’est veiller à la présence de l’État, partout et surtout là où la vie est plus dure", a poursuivi le Premier ministre. Une mission sur la mise en œuvre de services publics itinérants a ainsi été confiée à Nicolas Bays, dont la première expérimentation aura lieu dans ce département. "Être présent c’est lutter contre le repli, combattre les peurs", a-t-il précisé.
 
Le musée du Louvre-Lens, la rénovation du stade Bollaert, la reconstruction du centre hospitalier de Lens prévue dès fin 2017, l’inscription au patrimoine de l’Unesco des grands édifices miniers et de 27 000 logements des cités minières sont autant de raisons "pour (…) les habitants du bassin minier [d’être] à nouveau fiers de leur territoire et de ce qu’ils sont".

La nécessité d’œuvrer pour la réhabilitation des logements

"Il faut désormais agir pour que ceux qui y résident – souvent des ménages modestes – vivent dans de bonnes conditions. Réussir la reconversion du bassin minier passe d’abord par cela", a expliqué Manuel Valls.



La situation de l’habitat dans cette région est parfois critique : habitat à la limite de la salubrité, mauvaises performances thermiques, logements de tailles inadaptées. C’est notamment le cas dans l’habitat social minier, qui représente souvent plus de la moitié des logements. "L’État et les collectivités doivent apporter des réponses." Dès le mois prochain, le Fonds national des aides à la pierre, géré en partenariat avec les collectivités locales et des bailleurs sociaux, sera ainsi mis en œuvre.

Par ailleurs,  la Caisse des dépôts interviendra en accordant de nouveaux prêts aux bailleurs sociaux pour qu’ils puissent investir davantage, rénover leur parc de logements. 2 milliards d’euros y seront consacrés. "J’invite les acteurs du logement social du bassin minier à saisir cette opportunité", a affirmé Manuel Valls, rappelant que la période de souscription est ouverte jusqu’à mi-juillet, pour un versement des fonds dès le second semestre de cette année.
 
L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) est également intervenue dans la région Nord-Pas-de-Calais, avec 400 millions d’euros de subventions pour tous les types d’habitat, y compris les cités minières à Pecquencourt, Angres, Lens, Lievin et Bruay-La-Buissière. 150 millions d’euros seront également mobilisés pour agir rapidement dans les quartiers prioritaires du bassin minier les plus dégradés.


 
"Tous les acteurs concernés doivent bien sûr être associés. Un conseil d’administration de l’Anru doit ainsi réunir l’ensemble des collectivités, d’ici à la fin de l’année 2016, pour l’examen d’une convention-cadre spécifique au bassin minier", a précisé Manuel Valls. "L’État s’engage aussi pour la réhabilitation du logement privé dans le bassin minier – souvent aussi vétuste que le parc social." L’Agence nationale de l’habitat mobilisera près de 40 millions d’euros pour soutenir les propriétaires concernés sur une période de 3 ans.

Améliorer aussi le cadre de vie 

Le sens du "projet d’intérêt majeur" présenté le 29 juin par le Premier ministre est de soutenir, avec les collectivités locales et les acteurs publics, des projets ciblés pour améliorer le quotidien des habitants.

"Accélérer la rénovation des cités et des centres villes exige de constituer un outil d'aménagement dédié, porté par les EPCI, pour centraliser les ressources en ingénierie technique nécessaires." Cet outil sera essentiel dans la réhabilitation des logements et l’État pourrait, si les collectivités le souhaitent, en accompagner l’installation. "Nous nous engageons ainsi, ensemble, dans une vaste opération de réhabilitation qui se déploiera sur une dizaine d’années."

"Une opération porteuse de croissance et d’emplois. Et je veux que les premiers bénéficiaires en soient les habitants du bassin minier eux-mêmes. Cela implique d’agir, avec le conseil régional, les collectivités locales et les acteurs économiques, pour identifier les besoins, former, et recruter, grâce notamment à des clauses d’insertion", a-t-il déclaré.
 
Une mission a été confiée à Jean Louis Subileau, spécialiste des questions d’aménagement urbain, qui travaillera également avec deux membres du Conseil général de l’environnement et du développement durable, Jean-Louis Helary et François Duval. Cette mission consiste à définir les grandes orientations du projet.
 
"Cette mission doit permettre de poser les bases d'un projet de requalification ouvert, inventif, s'appuyant sur le capital social, humain et urbain du territoire", a affirmé Manuel Valls. Elle devrait permettre de rassembler tous les acteurs autour d’objectifs prioritaires.

Le fruit de la concertation entre les différents acteurs publics 

"Les propositions de la mission devront s'articuler avec les initiatives de la région, avec les programmes de développement des départements, avec les pôles métropolitains et bien entendu avec les EPCI, qui ont pleine prérogative sur les champs de l'habitat et partagent la compétence d’aménagement avec les communes", a précisé le Premier ministre.

Le transfert de larges compétences en matière d’urbanisme des communes aux EPCI constitue une opportunité pour poursuivre cette dynamique de transformation. "L’État est prêt à accompagner ce mouvement", a-t-il affirmé. Les ressources locales, telles que la mission Bassin minier, l’association Eurolens ou l’agence d’urbanisme de l’Artois auront aussi toute leur importance dans cette mission. "Tous ont beaucoup fait, depuis plusieurs années, pour la mise en valeur des atouts de ce territoire."

La mission  travaillera en liaison étroite avec les grands bailleurs Maisons et Cités, SIA, Partenord et les offices publics de l'habitat. Par ailleurs, les organismes consulaires, les entreprises du BTP ainsi que les centres de formation auront également un rôle à jouer.
 
"Transformer l’habitat, rénover les logements, reconvertir les cités, ce n’est pas seulement créer de nouvelles dynamiques économiques, de nouvelles opportunités pour les villes, leurs habitants", a déclaré Manuel Valls. "C’est bien plus que cela : c’est changer le visage d’un territoire. C’est lui redonner conscience de son potentiel, de ses ressources. C’est lui redonner confiance."
 
"Aujourd’hui, le bassin minier, le Pas-de-Calais ouvrent une nouvelle page de leur histoire. (…) Une page où toutes les énergies se rassemblent – j’en suis convaincu en vous voyant devant moi – pour avancer et faire avancer la France", a conclu le Premier ministre.