14 août 2015 - Vidéo

"L'hypothèse du Gouvernement d'une croissance de 1% pour l'année 2015 est plus que jamais confortée"

En déplacement à Avignon, Manuel Valls a réagi devant la presse, vendredi 14 août, aux chiffres relatif à la croissance publiés par l'Insee. "Les à-coups d'un trimestre sur l'autre n'ont pas grande signification économique", a-t-il souligné, précisant que "la croissance sur l'ensemble du premier semestre de l'année 2015 est de +0,7%". Dès lors, l'hypothèse "sérieuse et en même temps prudente" du Gouvernement d'une croissance de 1%, en moyenne annuelle, pour 2015 "est plus jamais confortée". "Ces chiffres nous encouragent à maintenir le cap et à poursuivre nos efforts pour amplifier la reprise de la croissance et créer davantage d'emplois".
"Dans le détail de ces chiffres de croissance donnés par l’INSEE, je vois plusieurs signaux positifs et intéressants : le dynamisme des exportations, avec + 3 % sur le premier semestre en cumulé ; l’investissement des entreprises qui repart, + 0,4 % au deuxième trimestre après + 1 % au premier trimestre, secteur de la construction mis à part", a expliqué Manuel Valls. Le signe "d’entreprises plus compétitives qui regardent l’avenir avec confiance et qui investissent", juge le Premier ministre qui voit dans ces indicateurs l’impact de la baisse des charges et des impôts pour les entreprises.

Ainsi, non seulement l'hypothèse "sérieuse et en même temps prudente" d'une moyenne annuelle de 1% de croissance sur l'année 2015 est confortée, mais "nous devrions, en réalité, dépasser ce chiffre et finir 2015 sur un rythme annuel de 1,5 %". "C’est un chiffre important parce que c’est sans doute à ce niveau-là que l’on peut faire baisser le chômage", a précisé Manuel Valls.

"L’emploi a progressé à nouveau au deuxième trimestre, de 27 000 personnes". Un chiffre encourageant qui confirme la dynamique de ces derniers trimestres. "L’emploi privé a augmenté au total de 45 000 sur les trois derniers trimestres", a résumé le Premier ministre. "Ces chiffres nous encouragent à maintenir le cap, et à poursuivre nos efforts pour amplifier la reprise de la croissance et créer davantage d’emplois." "Il faut poursuivre les réformes, ce sera le sens de la loi consacrée au numérique, ce sera aussi le sens de la deuxième loi que prépare Emmanuel Macron pour, à chaque fois, donner plus de force à notre économie". C’est aussi le sens, a poursuivi Manuel Valls "de réformes qui doivent concerner le marché du travail tout en gardant bien sûr l’équilibre de notre modèle social."

Le Premier ministre a rappelé qu'il fallait être attentif à la consommation des ménages, les chiffres du deuxième trimestre confirmant qu'il est nécessaire de poursuivre la baisse des impôts. "Plus de 9 millions de Français sont concernés par cette baisse de l’impôt sur le revenu. Certains n’en payeront plus du tout, d’autres voient une baisse tout à fait significative ; et c’est une bonne chose aussi pour demain, consommer et relancer notre économie", a-t-il rappelé.

Concernant les chiffres de production dans la construction, qui "restent médiocres" malgré de très bons chiffres sur les ventes des promoteurs et sur les permis de construire, il y a un délai de plusieurs mois avant que ceux-ci ne se traduisent dans les chiffres de construction effective, probablement à la fin de l’année 2015 ou au début de l’année 2016. "Ce sera aussi un élément important sur le niveau de croissance sur ce rythme de 1, 5 % à la fin de l’année, rythme qui, je n’en doute pas un seul instant, s’amplifiera au cours de l’année 2016."