L'essentiel des ministères

Sélectionné et mis à jour en continu
 

Jean-Marc Todeschini : "La cybersécurité est au coeur de nos enjeux de défense"

Jean-Marc Todeschini a ouvert le 8e Forum international de la cybersécurité. L’édition 2016 a traité en particulier le thème de la sécurité des données et sa dimension européenne.

Le secrétaire d'Etat a notamment rappelé que le ministère de la Défense s'est fixé pour axe un effort "sur la formation et l’entraînement à la cyberdéfense, tout en poursuivant un plan de recrutement ambitieux qui trouve une traduction concrète dans la réactualisation de la Loi de programmation militaire avec un objectif de recrutement de plus de 1500 personnes", et en particulier "un objectif de 500 cyber-spécialistes à l’horizon 2019", a-t-il poursuivi concernant la mise en œuvre effective du Pacte Défense Cyber, annoncé en février 2014 par Jean-Yves Le Drian.

Il a également rappelé la mise en place d’une réserve citoyenne cyberdéfense, portée par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, la gendarmerie et l’état-major des armées, permettant de mobiliser 4 000 personnes à terme, et 500 personnes dès 2016.

Lire le discours du secrétaire d'Etat

Lire aussi La Réserve citoyenne cyberdéfense : un réseau d’experts engagés

La Nuit des idées au Quai d'Orsay

À l’initiative de Laurent Fabius, l’Institut français organise, le 27 janvier, la première Nuit des idées. Le ministre a ainsi souhaité offrir une scène à la circulation internationale des idées à laquelle la France est tant attachée. La Nuit des idées est ouverte à tous, sur réservation et dans la limite des places disponibles.

Les frontières, la citoyenneté, la diversité, la santé, les ressources, la spiritualité sont autant de questions qui feront l’objet de dialogues entre des personnalités françaises et étrangères de premier plan. Intellectuels, artistes, responsables internationaux s’interrogeront sur le passage du monde d’aujourd’hui au monde de demain.

Parce que la littérature participe, elle aussi, à décrypter le monde qui vient, "Lire l’avenir", des lectures d’œuvres et d’essais par des écrivains issus de la nouvelle scène littéraire, compléteront cette nuit exceptionnelle.

NéOGEND, le nouvel outil 3.0 des gendarmes

Le groupement de gendarmerie départementale du Nord a été désigné comme pilote pour expérimenter le nouvel outil de travail des gendarmes : NéOGEND.

Cet "équipement numérique du gendarme", et plus largement l'environnement numérique associé, favorise l'exécution du service en tout temps et en tout lieu, en offrant plus de mobilité aux militaires et davantage de proximité avec les citoyens. Le gendarme n'est plus obligatoirement lié, pour tous ces actes, aux bureaux de la brigade et retrouvera ainsi davantage de liberté d'action.

Le déploiement des équipements numériques se poursuivra en 2016. A terme, l'objectif est bien entendu de doter chaque gendarme d'un équipement individuel.

Réseau Dephy : faire évoluer les pratiques agricoles pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires

Le réseau Ferme Dephy arboricole a pour objectif de développer et mutualiser des techniques alternatives à l’usage de produits phytosanitaires. Depuis 2010, 182 systèmes de culture et 7 espères fruitières sont suivis sur l’ensemble du territoire. En 2014, ces exploitations intégrées au réseau ont vu baisser de 12 % en moyenne leur usage des produits phytosanitaires, grâce à différentes méthodes : contrôle génétique, piégeage…

L’objectif du réseau Dephy est de contribuer à faire évoluer les pratiques agricoles pour réduire et améliorer l’utilisation des produits phytosanitaires. Amorcé en 2009 à la suite du plan Écophyto I, il rassemble actuellement 1 900 exploitations volontaires dites "pilotes" réparties par filières sur toute la France.

Les groupes de fermes Dephy sont animés par des ingénieurs issus notamment des chambres d’agriculture et des coopératives. Ils ont pour mission d’accompagner les exploitants dans la mise en place de nouvelles techniques.

Les quartiers populaires font leur COP 21 : les 20 communes lauréates

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville peuvent être à l’avant-garde d’un renouvellement urbain maîtrisé et durable de nos villes. Afin qu’ils y prennent toute leur part, l’Etat va financer des projets de développement durable dans les quartiers de 20 communes et établissements publics de coopération intercommunale, dans le cadre du programme d’investissements d’avenir Ville durable et en articulation avec le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) porté par l’Anru. Ce programme bénéficiera de 71 millions d’euros de subventions.

Les 20 communes retenues : Amiens, Cayenne, Clichy-sous-Bois, Grenoble/Echirolles, Lille, Mantes-la-Jolie, Marseille, Nanterre, Pau, Perpignan, Port-de-Bouc, Roubaix, Saint-Denis de La Réunion, Saint-Etienne, Saint-Pierre de La Réunion, Stains, Villiers-le-Bel, Villeurbanne, Vitry-le-François et Vitry-sur-Seine.

Présentation synthétique des 20 projets lauréats de l’appel à manifestations d’intérêt

71 millions € du PIA pour les 20 projets de renouvellement urbain les plus innovants

Grâce à une enveloppe du Programme d’investissements d’avenir (PIA), l'appel à manifestations d’intérêt portant sur la performance et l’innovation environnementale du renouvellement urbain dans les quartiers du nouveau programme national de renouvellement urbain consacre 71 millions d’euros supplémentaires aux 20 projets de renouvellement urbain les plus ambitieux. Des projets qui visent :
- la réduction des dépenses fixes et incompressibles des habitants en matière de chauffage, de transports et de charges locatives ;

- l’amélioration de la qualité de vie dans les quartiers, en donnant envie d’y vivre et d’y travailler.

Dans un 1er temps, les lauréats bénéficieront d’une aide financière à l’ingénierie pour réaliser les études nécessaires, et d’un accompagnement technique et juridique, coordonné par l’Anru. À l’issue de cette phase d’accompagnement, les projets seront soutenus financièrement pour la réalisation concrète de ces actions innovantes. À terme, il s’agit de capitaliser des bonnes pratiques qui bénéficieront à l’ensemble des quartiers prioritaires, et, plus largement, de construire la ville durable.

Présentation synthétique des 20 projets lauréats de l’appel à manifestations d’intérêt

Le projet de loi République numérique adopté en 1re lecture par l'Assemblée

Débattu à l'Assemblée depuis le 19 janvier, le texte du projet de loi a été adopté en 1re lecture ce 26 janvier par les députés.

Pour Axelle Lemaire, "En adoptant à une large majorité ce projet de loi, les députés ont fait leur le projet d’une République numérique visionnaire, ambitieuse, et solidaire, voulu par le Gouvernement. Au fil des débats d'une grande qualité qui nous ont réunis, en commission, puis en première lecture, l’Assemblée nationale, les parlementaires ont  enrichi, complété, renforcé ce texte, qui est désormais aussi le leur. La République numérique sera, grâce à leur travail, plus transparente et plus ouverte, plus protectrice des droits de chacune et chacun, mais aussi solidaire et accessible au plus grand nombre."

Consulter La synthèse des débats à l'Assemblée nationale

Le projet de loi biodiversité adopté par le Sénat

Adopté en première lecture à l'Assemblée le 24 mars 2015, le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a été examiné au Sénat du 19 au 22 janvier.

Les sénateurs ont adopté le texte modifié , lors d’un vote solennel, le 26 janvier : "Ce vote est un signal positif envoyé aux entreprises de la croissance verte et bleue et aux chercheurs qui innovent et permettent les créations d’emplois dans le domaine du vivant, des technologies vertes et de la nature", a déclaré Ségolène Royal.

Le projet de loi repartira en 2e lecture à l’Assemblée. Son adoption définitive est prévue avant l’été.


Nouvelles mesures en faveur de l’agriculture et de l’élevage

La crise à laquelle font face les différentes filières d’élevage s’inscrit dans la durée. Le Gouvernement agit en complétant aujourd’hui le plan de soutien à l’élevage présenté à l’été (700 M€), pour un montant de 125 M€ - certaines mesures sont par ailleurs étendues aux filières végétales. En outre, 130 M€ serviront à indemniser les éleveurs et accouveurs du Grand Sud-Ouest pour compenser les pertes de revenu liées à la mise en place du plan de lutte contre la grippe aviaire.

Enfin, 35 M€ sont destinés à indemniser les éleveurs et commerçants en bestiaux touchés par le blocage des animaux suite à la résurgence de la fièvre catarrhale ovine (FCO).

L’ensemble de ces mesures complémentaires représentent un montant supplémentaire de 290 M€, sans compter 500 M€ en avances de trésorerie.

L’Etat marque ainsi une nouvelle fois sa solidarité avec les éleveurs et appelle solennellement les entreprises de l’agroalimentaire et de la distribution à la responsabilité afin d’arrêter la course vers les prix bas. Il est plus que jamais nécessaire d’encourager les regroupements, la contractualisation, l’investissement dans les outils d’abattage découpe et l’étiquetage volontaire sur l’origine "Viandes de France".

Consulter l'ensemble des nouvelles mesures

Création de maisons de l'État pour maintenir la proximité avec les usagers

La loi NOTRe, parallèlement à la création des métropoles, au redécoupage des régions, précise les compétences de chaque échelon territorial. Dans ce cadre, le Gouvernement a fixé comme chantier prioritaire le confortement de l'échelon départemental, dont est réaffirmée la mission de proximité vis-à-vis des usagers. La création des maisons de l’État répond à cet objectif de proximité.

Les maisons de l’État permettent une rationalisation et une meilleure visibilité de la présence de l’État dans des territoires ruraux, urbains ou périurbains, reposant sur le principe de mutualisation des locaux et de certaines fonctions support.
Elles sont généralement créées dans les locaux des sous-préfectures, le maillage par arrondissements permettant une proximité plus étroite avec les usagers. Elles représentent une véritable avancée pour ces derniers qui trouvent différents services de l’État au même endroit et bénéficient généralement d'un accès facilité à internet, leur permettant ainsi d'effectuer bon nombre de démarches avec un gain de temps certain.

Pages