Rapport annuel 2015 du Commissariat général à l'investissement (CGI)
2 mars 2016

Rapport d'activité 2015

 

Depuis mars 2010, le comité de surveillance que nous présidons est chargé de l’évaluation du programme d’investissements d’avenir (PIA) piloté par le commissariat général à l’investissement (CGI).

Depuis mars 2010, un programme d’investissement de 47 milliards d’euros a été mis en œuvre pour accélérer la transition de notre pays vers un nouveau modèle de développement, basé sur l’économie de la connaissance et le développement durable. Nous sommes en effet convaincus que notre avenir se joue sur l’investissement, et l’État joue ici un rôle stratégique dans la préparation de la France de demain.

Depuis mars 2010, le PIA investit dans la recherche publique et co-investit, avec le secteur privé et les collectivités locales, sur des projets de long terme dont la caractéristique commune est l’innovation, qu’elle soit technologique ou non. La constitution d’écosystèmes est systématiquement recherchée, à travers de nouvelles synergies au plan local et à travers une véritable impulsion de filière associant grands groupes, PME et ETI. Sur ce plan, l’impact des investissements d’avenir est réel : le décloisonnement – disciplinaire, institutionnel ou territorial – suscité par la démarche est d’autant plus remarquable que les mentalités ont évolué en même temps que les structures.

Depuis mars 2010, cet effort d’investissement sans précédent a été marqué par la sélection de plus de 2 000 projets, selon des critères rigoureux pour ne retenir que les projets les mieux à même de soutenir notre croissance potentielle. De ce point de vue également, le PIA a d’ores et déjà rempli son objectif : sur le plan scientifique, les projets sélectionnés à ce titre bénéficient désormais d’un label d’excellence reconnu au niveau international, qui a considérablement renforcé l’attractivité de la France.

Depuis mars 2010, l’importance du soutien aux entreprises innovantes s’est accrue avec l’aversion au risque issue de la crise financière et la diminution parallèle de l’offre de crédit. Les actions originales du PIA en termes de financement ont pallié cette faiblesse en permettant aux entreprises innovantes de créer et de financer leurs projets, soutenant ainsi la vitalité et le dynamisme de l’économie française.
De façon complémentaire, en confiant la coordination de l’application pour la France du plan Juncker au CGI, ainsi que l’évaluation socio‑économique des investissements publics, l’État témoigne enfin de son adaptabilité et de son innovation en matière d’optimisation de la gestion publique.

Depuis mars 2010, le PIA a modernisé l’économie française. C’est une œuvre de long terme, un effort constant de recherche de l’excellence. Cette dynamique exige la continuité dans l’action : la décision du président de la République de lancer un PIA 3 est la réponse stratégique appropriée dès lors que sa mise en œuvre respecte les quatre grands principes qui régissent depuis l’origine le PIA : recherche de l’excellence, impartialité dans la sélection des actions soutenues, interministérialité et non substitution budgétaire. Ainsi le PIA 3 permettra une fois encore de financer les investissements stratégiques pour notre pays dans un cadre souple et grâce à une gouvernance particulièrement réactive.

 

Alain Juppé                                       Michel Rocard

 

rapport annuel 2015 aperçu
Rapport d'activité 2015