Manuel Valls et Sylvia Pinel le 12 septembre à Fère-Champenoise dans la Marne
12 septembre 2014 - Actualité

Assises des ruralités : l'acte fondateur d'une politique renouvelée pour les territoires

Combattre le sentiment de relégation, répondre aux défis des nouvelles ruralités, montrer que les territoires ruraux sont un atout pour le développement de la France, tels sont les trois objectifs autour desquels le Gouvernement entend construire une politique renouvelée pour les ruralités.
 
Manuel Valls et Sylvia Pinel ont lancé vendredi 12 septembre les Assises des ruralités à Fère-Champenoise. Dans cette commune de la Marne, ils ont notamment visité une entreprise agricole et une maison socio-médicale.
Le Gouvernement a décidé de lancer des Assises des ruralités afin de "créer les conditions d'un acte fondateur pour renouveler la présence de l'Etat, reconstruire les liens entre les villes et les campagnes et donner aux territoires ruraux les moyens de leur développement propre."


 

Le Premier ministre avec Sylvia Pinel au centre médico-social de Fère-Champenoise
Le monde rural dans sa pluralité fait partie de nos racines ; il est un atout pour notre avenir.
Manuel Valls


Pourquoi des Assises des ruralités ?


La France traverse une crise qui n’épargne pas les territoires ruraux et y a pris des formes particulières. Une crise économique et sociale, qui met en cause la capacité des politiques publiques à répondre aux difficultés d’emploi, aux problèmes d’accès aux services publics, mais il s’agit surtout d’une crise de l’identité de ces territoires.

Ces territoires ruraux sont, en effet, engagés dans une transformation en profondeur qui a recomposé notre espace national, dynamisant certains territoires et en fragilisant d’autres. Il n’y a plus une France rurale, mais des ruralités multiples : territoires périurbains sous l’influence d’une grande ville, territoires agricoles et territoires industriels en mutation, ou encore territoires hyper-ruraux.

Aujourd'hui, 95% de la population vit sous "influence urbaine". Pour autant, il n'y a pas d'un côté 95% d'habitants au mode de vie urbain et 5% d'habitants "ruraux" dans seulement 7 400 communes : la réalité de la France se compose d’une grande diversité de situations d’habitants, des plus urbanisés (appelés périurbains), aux moins urbanisés (suburbains ou hyper-ruraux). Il faut donc sortir du clivage urbain-rural.

Pour répondre aux interrogations de ces territoires ruraux, dans leur diversité, il faut d’abord reconnaître ces profondes mutations. Les attentes et les conditions de vie des Français qui y résident et y travaillent ont évolué, sous l’effet de l’urbanisation, d’un peuplement dynamique, de l’évolution du tissu économique. L’essor du numérique, l’insertion dans de nouveaux réseaux, modifient le visage de ces territoires, créant de nouvelles opportunités, mais également de nouvelles fractures.

 

Les Assises se dérouleront sous la forme d’ateliers territoriaux


Des ateliers territoriaux, organisés sous l’égide de la ministre du Logement, de l’Egalité des territoires et de la Ruralité, se tiendront dans différents territoires ruraux. Il s’agira, à l’occasion de chacun de ces ateliers, de donner la parole à des acteurs de terrain, des élus ou encore des représentants d’associations. Les parlementaires seront étroitement associés à la démarche. Chacun des ateliers territoriaux sera par ailleurs copiloté par des élus.

Sept ateliers, présidés par Sylvia Pinel, se tiendront en présence des ministres concernés dans le courant des mois d’octobre et novembre sur les thèmes suivants :
  1. Créer de nouvelles coopérations urbain-rural : pour des territoires
    solidaires.
  2. Une approche spécifique pour les territoires de montagne : les 30 ans de la loi Montagne.
  3. Les ruralités : territoires d’opportunités pour combiner performance économique et performance environnementale.
  4. Rénover le cadre institutionnel et la présence de l’État dans les territoires ruraux.
  5. Des ruralités innovantes, associant qualité de vie et développement économique.
  6. Comment mobiliser les ressources au service des projets locaux ?
  7. Service public et services au public en milieu rural : complémentarités entre État, collectivités et entreprises.
Un Comité interministériel à l’égalité des territoires se réunira pour conclure ces ateliers et proposer un plan d’action.
 
Réforme territoriale et ruralité
La réforme territoriale doit être l’occasion de répondre aux questions posées au sein des territoires ruraux. L’évolution des régions et des intercommunalités est au service de cette ambition. La question de l’avenir des conseils généraux est posée. Là où il y a des métropoles, les départements doivent évoluer. Ailleurs, partout où il est possible de construire une fédération de grandes intercommunalités, il faut aller dans ce sens. Mais là où les intercommunalités ne peuvent représenter l’ensemble des collectivités, notamment dans les départements ruraux, les conseils départementaux doivent garder un rôle, même si leurs compétences seront simplifiées. Il faut donc, dès aujourd’hui, imaginer quel sera le rôle des départements demain, et notamment des départements ruraux.