Pompes à essence

Une prime à la conversion renforcée pour accompagner les automobilistes touchés par la hausse des prix des carburants

Dans le cadre du budget, le Gouvernement souhaite poursuivre la mise en place d’une fiscalité écologique. La taxe sur le diesel augmentera de 7,6 centimes et celle sur l'essence de 3,9 centimes afin de favoriser une convergence fiscale entre ces carburants et de lutter contre le réchauffement climatique.
 
Le Gouvernement assume cette fiscalité écologique et accompagne les automobilistes touchés par la hausse des prix à la pompe par la prime à la conversion.

Cette prime instaurée début 2018 est un véritable succès écologique et solidaire. Moins d’un an après son lancement :
  • plus de 200 000 demandes ont été enregistrées, il y aura plus de 250 000 demandes sur l’année, alors que l’objectif initial était de 500 000 conversions sur le quinquennat ;
  • 70 % des bénéficiaires sont des ménages non imposables : l’ambition solidaire de la prime est donc pleinement réalisée ;
  • 95 % des bénéficiaires résident en dehors d’Île-de-France : cette mesure apporte une solution concrète dans les territoires, dans les zones rurales.
Face à un tel succès, les budgets initialement envisagés pour cette prime en 2019 seront renforcés : 570 millions d'euros sont prévus dans le projet de loi de finances pour le financement du bonus électrique et de la prime à la conversion (180 millions d'euros de plus que prévu initialement).

La prime sera adaptée pour orienter les Français vers des véhicules plus écologiques. Par ailleurs, elle sera renforcée sur les véhicules électriques et hybrides rechargeables :
  • la prime actuelle est de 1000 € pour les ménages imposables, 2000 € pour les ménages non imposables ; dans le cas de l’achat de véhicules électriques neufs, elle était bonifiée à 2500 € ;
  • cette prime bonifiée de 2500 € sera étendue aux véhicules hybrides électriques neufs, et, pour les ménages non imposables, à l’achat de véhicules électrique ou hybrides rechargeables d’occasion.