Corail et poissons

Une Charte pour la Biodiversité signée au G7 de l'Environnement

Alors que l’IPBES lançait un cri d’alarme sur l’état catastrophique de la nature, les ministres de l’Environnement du G7 signaient, ce lundi 6 mai 2019, la "Charte de Metz sur la Biodiversité".
 

Un constat alarmant sur la situation de notre planète

Cette réunion des ministres de l'Environnement des pays du G7 avait lieu tandis que la première "évaluation mondiale de l’état de la nature et des biens et services qu’elle fournit à l’humanité" était rendue publique par l’IPBES (groupe d’experts de l’ONU considéré comme le "GIEC de la biodiversité"), ce lundi 6 mai 2019.

Le rapport dresse un constat alarmant sur la situation de notre planète. Selon lui, sur 8 millions d’espèces animales et végétales, un million est menacé d’extinction. Un nombre considérable d'espèces pourrait ainsi disparaître dans les prochaines décennies. Cela se fait à un rythme sans précédent.

signature de la « Charte de Metz sur la Biodiversité »

Il n’est cependant pas trop tard pour agir. Mais seule une mobilisation collective de la communauté internationale pourra permettre d’inverser la tendance.

C'est pourquoi les ministres de l’Environnement des pays membres du G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), du Chili, des îles Fidji, du Gabon, du Mexique, du Niger, de la Norvège, le membre de la Commission européenne chargé de l’Environnement, en présence de la ministre de l’Environnement de l’Egypte, ont signé ce lundi 6 mai la « Charte de Metz pour la Biodiversité ».

Cette Charte, dont le rapport de l’IPBES constitue le socle scientifique, doit permettre d’élever les enjeux liés à la biodiversité au même niveau que ceux du climat.

Elle s’articule autour de 3 axes :
  • Accélérer les efforts pour lutter contre l’érosion de la biodiversité.
  • Encourager la participation d’autres acteurs et parties prenantes.
  • Appuyer l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre mondial de la biodiversité post-2020.

Prochaines étapes : Biarritz, New York, Santiago et Kumming

Si cette Charte marque un tournant dans la mobilisation des États présents en faveur de la préservation de la biodiversité, elle ne constitue pas pour autant un aboutissement.

D’autres sommets auront lieu dans les mois à venir pour continuer à agir en faveur de la protection du climat et de la biodiversité :
 
  • Le G7 des chefs d’État et de gouvernement à Biarritz, cet été 2019, que la réunion de ces deux derniers jours était destinée à préparer.
  • Le Sommet Action Climat de l’ONU à New York, en 2019.
  • La COP25 à Santiago, au Chili, en 2019.
  • La COP15 sur la Biodiversité à Kumming, en Chine, en 2020.