Affaires sociales

Un temps d'échange sur les questions de santé organisé par la Cilpi


Le 15 décembre 2021, la CILPI a organisé une réunion en ligne sur les questions de santé qui touchent les résidents des foyers de travailleurs migrants (FTM) et des résidences sociales ex-FTM (RS ex-FTM).

Ce temps d’échange a réuni plus d’une vingtaine de participants. Parmi eux, des gestionnaires de foyers, des représentants d’associations spécialisées dans le logement des populations précaires, des correspondants santé des Ministères et d’autres professionnels du logement accompagné. Animée par Sandra Daunis, Déléguée générale de la CILPI, cette réunion s’est intéressée aux actions menées dans le contexte de la Covid sans pour autant occulter les autres problématiques de santé. Trois interventions se sont succédées. Présentés par Santé publique France, l'Agence régionale de santé d'Île-de-France et par Banlieues Santé, une association déployée en Île-de-France et en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, ces exposés ont nourri de riches échanges entre les participants.

Les outils de communication déployés pendant la crise Covid, avec notamment la création d’une newsletter à destination des gestionnaires, ont été présentés par Santé publique France (SPF). C’était aussi l’occasion pour SPF de faire connaître l’enquête PreVAC (« Précarité et  accès à la vaccination ») menée en partenariat avec Epicentre. Au niveau régional, l’ARS Île-de-France a dressé un bilan des actions de communication, d’ « aller-vers » et de « ramener vers » mises en place pendant la crise sanitaire. Encouragées par les gestionnaires, les actions d’ « aller-vers » entreprises par les médiateurs de lutte anti-covid (MLAC) ont montré leur efficacité. Cependant, certains participants pointent l’inégal accès à l’information en fonction des régions (déploiement inégal sur le territoire des MLAC, disparités des liens avec les ARS). Enfin, la présentation par Banlieues Santé de son étude « Détection de la fragilité dans une population d’anciens immigrés dans le Sud de la France » a permis d’élargir la discussion à l’ensemble des problématiques de santé rencontrées par les Chibanis (polymédication, maladies cardiovasculaires, malnutrition…).

De ces deux heures de discussion ressort clairement la volonté des participants de mutualiser encore davantage leurs ressources pour améliorer la prise en charge en santé des personnes les plus vulnérables.

Partager cette page